Et si vous watermarkiez vos nudes ?

Annika Simons a eu une idée un peu folle. Elle propose en effet aux hommes et aux femmes d’apposer un watermark sur toutes leurs photos dénudées afin de les envoyer. Elle pense en effet que cette stratégie peut éviter les fuites et limiter les cas de revenge porn. Il semblerait qu’elle ne soit pas la seule à le penser. Sa publication a rencontré un vif succès.

Annika habite à Londres et elle est mariée depuis quelques années. Passionnée par les chats, elle s’intéresse aussi visiblement beaucoup à toutes les affaires en lien avec le revenge porn.

Watermark Nudes

Le terme fait référence à une pratique qui s’est malheureusement beaucoup développée au fil de cette dernière décennie.

Le revenge porn, un mal qui touche des milliers de personnes

Elle consiste essentiellement à rendre public un contenu sexuellement explicite sans le consentement de la ou des personnes apparaissant dessus. La plupart du temps, les photos impliquées sont prises par les intéressés eux-mêmes et adressées à un ou une partenaire.

Le revenge porn touche principalement des femmes et il fait des milliers de victimes chaque année. Des adolescentes, notamment. La publication de ces photos intimes a d’ailleurs souvent des conséquences dramatiques. L’année dernière, une adolescente originaire de Lisieux a ainsi mis fin à ses jours après avoir été victime de cette pratique.

Depuis, bien sûr, les autorités ont durci le ton. En France, par exemple, cette pratique est passible d’une peine de deux ans de prison. Les États-Unis ne sont pas plus tendres. Les géants du web, de leur côté, ont aussi pris des mesures afin de tenter d’éradiquer la chose, avec un succès très relatif.

Le watermark pour éviter les fuites ?

Annika Simons a donc eu une idée assez originale pour limiter autant que possible le risque de revenge porn. Elle propose en effet que les femmes et les hommes s’adonnant à cette pratique collent un watermark sur leurs photos avant de les envoyer à leur partenaire, un watermark faisant apparaître le nom et le prénom du destinataire des photos.

Elle a exposé son idée publiquement sur Facebook le mois dernier. Contre toute attente, son message a rencontré un vif succès et il a ainsi été partagé plusieurs milliers de fois en l’espace de quelques jours. Plusieurs personnes l’ont d’ailleurs partagé sur leur propre profil ou sur d’autres plateformes comme Twitter ou Reddit. Une fois de plus, le succès a été au rendez-vous et de nombreuses personnes pensent que ce fameux watermark pourrait être la solution pour limiter cette pratique.

Mots-clés funinsolite