Etats-Unis contre l’Iran : Trump dit au Congrès de s’abonner à lui sur Twitter pour suivre l’évolution de la guerre avec l’Iran

Apparemment, pour Donald Trump, l’actuel président des États-Unis, Twitter n’est plus une simple plateforme où il peut s’exprimer comme bon lui semble, c’est également devenu un moyen direct d’informer le Congrès de ce qu’il compte faire dans le litige opposant les États-Unis à l’Iran.

En effet, Donald Trump a conseillé au Congrès de le suivre sur Twitter pour connaître ses décisions en ce qui concerne ses actes de guerre contre l’Iran. Autant dire que beaucoup sont scandalisés par les récents événements.

Trump IA

Dans un tweet paru le dimanche 5 janvier 2020, Donald Trump a déclaré que « ces posts dans les médias serviront de notification au Congrès des États-Unis que si l’Iran frappait une personne ou une cible américaine, les États-Unis riposteraient rapidement et complètement et peut-être de manière disproportionnée. Une telle mention légale n’est pas requise, mais est néanmoins donnée ! »

Ce tweet pour le moins marquant du président américain fait suite à un autre de ses tweets paru le dimanche 5 janvier 2020 où Donald Trump a carrément menacé de détruire 52 cibles iraniennes, comprenant des sites d’une grande valeur culturelle.

Les agences fédérales ne savent pas sur quel pied danser avec les tweets de Trump

Ce n’est pas la première fois que Donald Trump utilise Twitter pour harceler, insulter ou même rabaisser ses ennemis publiquement et librement, rapporte The Verge le samedi 5 janvier 2019. D’ailleurs, durant son mandat présidentiel, le président américain ne s’est pas gêné pour émettre des ordres surprise, des annonces et même des menaces contre d’autres pays comme la Corée du Nord. En 2018, Trump a même licencié le secrétaire d’État Rex Tillerson…via un tweet.

Jusqu’à présent, les agences fédérales ont du mal à tenir compte de l’utilisation du réseau social par le président des États-Unis, se demandant souvent si les publications qu’il y fait devraient être traitées comme une politique officielle du gouvernement.

Twitter n’est pas prêt d’intervenir

Toutefois, les récentes publications de Donald Trump semblent outrepasser ses pouvoirs de président et inciter au désordre géopolitique ainsi qu’à la marginalisation du Congrès, en plus de revêtir un comportement illégal.

Oona Hathaway, fondatrice et directrice du Center for Global Legal Challenges de la Yale Law School, a averti dans un tweet que Donald Trump « ne peut pas informer le Congrès en vertu de la résolution sur les pouvoirs de guerre par tweet ». Mais le président des États-Unis en aura-t-il cure ? Là est toute la question.

En tout cas, il ne faudrait pas compter sur Twitter pour prendre des mesures quant à la gestion du compte Twitter de l’actuel numéro un des États-Unis. Comme le réseau social à l’oiseau bleu l’a déclaré en janvier 2018, « bloquer un leader mondial de Twitter ou supprimer ses tweets controversés cacherait des informations importantes ».