Etats-Unis : Des étudiants ne veulent pas de la technologie de reconnaissance faciale dans les écoles

Si depuis quelques temps, la technologie de reconnaissance faciale commence à être utilisée dans de nombreux établissements et lieux publics américains, les manifestations contre son déploiement dans plusieurs domaines comme celui de l’éducation se font de plus en plus entendre.

Récemment, Fight for the Future, une organisation œuvrant pour la protection des droits numériques s’est associée avec le groupe Students for Sensible Drug Policy pour éviter que la reconnaissance faciale ne soit installée dans les universités.

Crédits Pixabay

Pour atteindre leur objectif commun, les deux organisations ont lancé une pétition dans le but d’inciter les administrations universitaires à revoir les contrats avec les entreprises responsables de la sécurité pour que celles-ci renoncent à déployer la technologie dans les campus universitaires.

La pétition peut être signée par les étudiants, les professeurs, les employés ou encore les personnes faisant partie de la communauté.

Pourquoi cette réticence ?

Beaucoup de personnes pensent actuellement que la technologie de reconnaissance faciale n’est pas encore au point pour pouvoir identifier efficacement des personnes. Des études ont par exemple révélé que cette technologie faisait souvent des erreurs lorsqu’elle identifie des personnes de couleur.

De nombreux experts pensent ainsi que cela pourrait porter préjudice  aux victimes des erreurs d’identification, notamment vis-à-vis des forces de l’ordre. D’autre part, la technologie pourrait porter atteinte à la liberté d’expression et de rassemblement.

Un projet mal accueilli

L’utilisation de la reconnaissance faciale dans les écoles primaires et les lycées a aussi été assez mal accueillie. Par exemple, à New York, le Lockport School District voulait installer la reconnaissance faciale dans son système de sécurité afin de lutter contre les fusillades dans les écoles. Cela n’a cependant fait que provoquer  l’indignation au niveau national, surtout par le fait que des enfants étaient utilisés comme sujets de tests.

Face à cette réticence, le projet a dû être abandonné. L’Etat de New York a de plus proposé une loi qui interdit l’utilisation de la technologie.

Quelques fois, les organisations arrivent à obtenir des victoires dans leur combat contre l’utilisation de la reconnaissance faciale. Toutefois, cela n’empêchera pas vraiment l’arrivée de la technologie au niveau des différents services. La preuve, elle est déjà utilisée dans 15 aéroports aux Etats-Unis. D’autre part, la douane, la patrouille frontalière ainsi que les forces de l’ordre l’ont également déjà adoptée.