Etats-Unis : Donald Trump recommande de porter des masques, mais ne comptez pas sur lui pour en porter

Le vendredi 03 avril 2020, le président des États-Unis Donald Trump a annoncé que le gouvernement américain recommande désormais fortement aux Américains de porter des couvertures en tissus pour limiter la propagation du coronavirus, rapporte Reuters. D’ailleurs, la situation du coronavirus aux États-Unis est telle que la pandémie aurait fait plus de décès à New York que les attentats du 11 septembre 2001.

Toutefois, dans un briefing quotidien avec des journalistes, Trump a aussi souligné que cette recommandation ne remplaçait pas les mesures de distanciation sociale mises en place pour ralentir l’épidémie. Mais, chose étonnante, Trump a particulièrement insisté sur la notion de « port volontaire du masque ». La raison en est que lui-même n’a pas envie de porter de masque. En effet, interrogé sur sa raison de cette inimitié avec le masque, le président des États-Unis a simplement déclaré :

Trump Ecologie

Crédits Image Pixabay

En saluant les présidents, les premiers ministres, les dictateurs, les rois, les reines… Je ne me vois pas mettre ça. Non, je ne le vois pas sur moi. (…) Avec les masques, ce sera vraiment une chose volontaire. Vous pouvez le mettre, vous pouvez ne pas le mettre, mais certaines personnes voudront le mettre et c’est OK.

Trump ne veut pas exporter les masques et EPIs

Discorde sur la question du masque à part, Donald Trump a signé une ordonnance ledit vendredi pour suspendre les exportations de masques N95 et d’autres équipements de protection individuelle (EPI) vers d’autres pays. Le président américain a expliqué dans un communiqué que la Defense Production Act qu’il avait invoqué « est une autre étape dans notre combat en cours pour empêcher la thésaurisation, la hausse des prix et les profits en empêchant l’exportation nuisible d’EPI indispensables ».

Peter Navarro, le conseiller commercial de la Maison Blanche, a expliqué à Fox News que cette mesure avait pour objectif de réprimer « les courtiers opérant sur des marchés noirs ombragés qui collectent des masques et autres équipements de protection et les exportent » ainsi que les distributeurs qui profitent de la crise pour envoyer les équipements à l’étranger au lieu d’exécuter les commandes nationales.

Le conglomérat 3M Co fustigé par Trump

Par ailleurs, Trump a déclaré que les CDC des États-Unis ne recommandaient pas l’utilisation de masques de qualité médicale pour la plupart des gens. À la place, il a indiqué que les gens pouvaient se fabriquer des masques en tissu chez eux.

Mais revenant aux masques N95, il semblerait que Donald Trump et le conglomérat 3M Co aient un grief. Vendredi 3 avril, 3M Co avait attesté qu’il fabriquait plus de masques respiratoires N95 pour les États-Unis et que, selon son PDG Mike Roman, « le récit selon lequel nous ne faisons pas tout ce que nous pouvons en tant qu’entreprise n’est tout simplement pas vrai ». Des propos auxquels Donald Trump a rétorqué :

Je ne suis pas du tout satisfait de 3M. J’ai entendu ce qu’il avait à dire aujourd’hui. Je ne connais pas ce monsieur, mais nous ne sommes pas satisfaits de 3M.

Les États américains ont aussi eu leur lot de réprimandes

Mis à part ces tensions, Trump a aussi sévèrement critiqué les États dont il affirme qu’ils auraient dû mieux être préparés à répondre à la pandémie en utilisant leurs propres stocks de fournitures médicales au lieu de s’attendre à ce que le stock fédéral réponde à leurs besoins. Il a martelé que :

De nombreux Etats n’étaient absolument pas préparés à cela, nous avons donc dû utiliser le stock fédéral. Nous ne sommes pas un commis aux commandes. Ils doivent avoir pour eux-mêmes. Nous avons dépensé énormément de temps, d’efforts et des milliards et des milliards de dollars pour nous assurer qu’ils ont ce qu’il faut.