Etats-Unis : L’administration Trump profite de la crise sanitaire pour imposer une réduction de l’économie du carburant

On le sait tous, Donald Trump a toujours cherché à annuler les mandats d’économie du carburant mis en place par Barack Obama depuis son investiture. Et il semblerait que le gouvernement américain ait profité du fait que la pandémie de coronavirus attire toute l’attention pour changer en douce les réglementations et les faire entrer en vigueur au plus tôt.

Un rapport publié le lundi 30 mars 2020 par The Detroit News et relayé par CNet affirme effectivement que l’administration Trump a projeté de faire passer le développement annuel de voitures plus économes de 5% à 1,5% par an et que cette décision entrerait en vigueur dès le mardi 31 mars 2020.

Essence

Crédits Pixabay

Et, justement, ledit mardi, CNet nous rapporte que la SAFE Vehicule Rule, annoncée par l’Environmental Protection Agency (EPA) et la National Highway Traffic Safety Administration (NTSA), stipule que les économies de carburant ainsi que les améliorations requises de CO2 seraient réduites à 1,5% chaque année jusqu’en 2026.

Alléger les coûts de production pour les constructeurs ?

L’administration Trump a avancé quelques arguments au profit de ces nouvelles réglementations, notamment la baisse significative du prix du pétrole, l’augmentation de la production du pétrole aux États-Unis et l’accroissement de la demande des consommateurs pour des véhicules plus imposants qui sont généralement moins économes en carburant.

Selon l’EPA et la NHTSA, ces nouvelles mesures aideront les États-Unis à rester compétitifs au niveau mondial, d’autant plus que ces économies de coûts devraient atteindre les 100 milliards de dollars en 2029. Par ailleurs, l’administration Trump estime que la réduction des réglementations devrait permettre aux constructeurs automobiles de produire des véhicules à moindre coût et, ainsi, de baisser le prix moyen du véhicule de 1.000 dollars environ.

Des économies pouvant aller jusqu’à 3.500 dollars pour les acheteurs ?

La théorie de Trump est ainsi que plus les Américains seront en mesure d’acheter une nouvelle voiture, plus cela augmentera le nombre de véhicules sûrs et économes en carburant sur la route. Toutefois, il n’existe aucune garantie que les constructeurs soient d’accord avec cette théorie. Dans un tweet paru le mardi 31 mars dernier, Donald Trump est même allé jusqu’à dire que ces économies de coûts permettraient aux consommateurs de faire plus de 3.500 dollars d’économie, un chiffre qui laisse perplexes les analystes, car selon l’EPA et la NHTSA, les économies pourraient varier de 1.400 dollars à 2.400 dollars maximums.

Il reste également à savoir comment les États comme la Californie, qui ont adopté des directives plus strictes en matière d’économie de carburant et d’émissions de gaz à effet de serre, réagiront face à ces nouvelles règles. D’autant plus que des constructeurs comme Ford, Honda, VW et BMW se sont engagés de leur côté. Les opposants à la règle, comme l’Environmental Protection Network, ont déjà pointé du doigt cette règle.

Peut-être seul point positif, l’administration Trump a souligné que tous les véhicules devront toujours respecter les normes établies par la Clean Air Act sur la pollution.

Mots-clés carburanttrump