Etats-Unis : Le CDC avertit les consommateurs de ne pas manger de la laitue romaine provenant de Salinas, en Californie

Le 22 novembre dernier, le CDC ou Centers for Disease Control and Prevention a fait part au public d’une nouvelle très importante concernant la laitue romaine, un produit que l’on retrouve presque un peu partout aux États-Unis.

Selon la déclaration, la laitue romaine cultivée à Salinas en Californie serait à l’origine d’une épidémie d’infections causées par l’Escherichia coli.  

Crédits Pixabay

Selon les informations, entre le 24 septembre 2019 et le 10 novembre 2019, 40 personnes de 16 Etats sont tombées malades après avoir été infectées par cette bactérie. Parmi les victimes, 28 ont été hospitalisées et cinq d’entre elles ont développé un syndrome hémolytique et urémique (SHU) qui se caractérise par une insuffisance rénale. Toutefois, aucun décès n’a été signalé jusqu’à présent.

On ignore encore la source exacte de la contamination, mais des enquêtes sont actuellement en cours pour recueillir plus d’informations et déterminer si d’autres produits à part la laitue romaine sont liés à l’épidémie.

Comment reconnaître une infection à Escherichia coli ?

Après avoir contracté la bactérie E. coli en avalant le germe, une personne tombe malade après deux à huit jours. La bactérie produit dans le corps de la victime une toxine appelée Shigatoxine ou Escherichia coli entérohémorragique (EHEC). Chez certaines personnes infectées, la maladie peut aussi engendrer un syndrome hémolytique et urémique. Pour pouvoir diagnostiquer l’infection, il est nécessaire d’analyser les selles du patient.

En ce qui concerne le traitement, la prise d’antibiotiques n’est pas du tout recommandée pour les personnes suspectées d’être infectées par E. coli. Il a en effet été démontré dans de précédentes études que la prise d’antibiotiques par une personne infectée augmente ses risques de développer un SHU. D’autre part, ces mêmes études suggèrent que le traitement de l’infection par des antibiotiques ne semble pas présenter un réel bénéfice pour le patient.

Les dispositions prises par les autorités

Pour éviter que l’infection ne se propage dans d’autres villes, les autorités américaines recommandent aux consommateurs de ne pas acheter ni manger les laitues romaines provenant de la région de culture de Salinas, en Californie. Il est aussi demandé aux détaillants de ne pas vendre les produits concernés. Ainsi, les laitues romaines portant une étiquette sur laquelle est écrit le mot « Salinas » ne doivent être ni achetées ni vendues. D’autre part, s’il n’y a aucune mention de la provenance du produit, il est aussi préférable de ne pas en manger.

Ce n’est pas la première fois que le CDC avertit les consommateurs de ne pas manger de la laitue romaine. En 2018, un cas similaire s’était déjà produit, toujours à cause d’une épidémie due à E. coli.