Etats-Unis : Le département de la Sécurité intérieure craint des cyberattaques iraniennes !

Suite à la frappe de drone autorisée par le président Trump, les États-Unis pourraient faire face à des représailles de l’Iran. Les entreprises américaines (réseaux énergétiques, institutions financières, compagnie de téléphone) seraient les cibles privilégiées de ses attaques. Il est également fort probable que les tentatives d’espionnages des systèmes gouvernementaux augmentent dans les prochaines semaines.

La CISA (Cybersecurity and Infrastructure Security Agency) a révélé ses craintes après la mort du général iranien Qasem Soleimani. Le défunt était une personnalité influente dans le pays. Il figurait en deuxième position du commandement de l’Iran. Accusé par le gouvernement des États-Unis d’avoir ordonné plusieurs meurtres de personnels américains, Soleimani était la cible prioritaire de la frappe par drone.

Arrestation hackers

Des Italiens ont été arrêtés suite à plusieurs cyberattaques lancées contre des personnalités du pays.

Dans le sillage de Soleimani, Abu Mahdi al-Muhandis était également décédé suite à la frappe par drone. Ce dernier était un député d’une coalition de milices irako-iranien. Autant dire que ses lourdes pertes pousseront certains responsables du Moyen-Orient à s’en prendre aux entreprises américaines.

Un adversaire de taille pour les États-Unis

Les tensions palpables entre les États-Unis et l’Iran pousseraient ce dernier à s’attaquer à des cibles stratégiques. Cet adversaire du gouvernement américain privilégiera les réseaux énergétiques, les institutions financières et les compagnies de téléphone pour paralyser le pays.

La CISA privilégie surtout la piste des cyberattaques bien que les attentats à la bombe ne sont pas à exclure. Notons que Téhéran dispose d’une panoplie de cyber-outils dédiés à s’infiltrer dans les ordinateurs pour détruire les données. L’Iran et ses alliés peuvent ainsi causer de dégâts importants s’ils s’attaquent à des cibles stratégiques.

Le département de la Sécurité intérieure des Etats-Unis, ou United States Department of Homeland Security, conseille donc les entreprises privées américaines de prendre des précautions. Il est désormais primordial pour ces cibles de mettre en place des systèmes de sauvegardes hors ligne.

Les autres types d’attaques à prévoir

Malgré le rejet par les opposants et l’administration Trump de la décision de tuer Soleimani, le président américain a préféré s’attaquer à l’Iran. Les systèmes américains de décisions au sujet de la politique extérieure seront plus que jamais confrontés aux problèmes d’espionnage.

Les attaques cinétiques pourraient entre autres cibler les grandes infrastructures américaines à l’étranger. Pour entretenir le chaos, les pirates informatiques liés à l’Iran pourraient créer des campagnes de désinformation.

Reste maintenant à savoir si l’administration Trump pourra surmonter cette rude épreuve afin de redorer son image à la veille de la campagne présidentielle 2020.

Mots-clés Etats-unisIran