Etats-Unis : le partenariat entre Amazon Ring et la police créerait la paranoïa chez la population

Amazon veut être sur tous les fronts, et se lance dans la sécurité : le géant de l’e-commerce s’est associé à près 200 organismes via Ring, sa filiale. Ce partenariat a pour but d’accompagner les policiers américains dans leur travail grâce à des gadgets de surveillance proposés à la population locale.

Cependant, plusieurs groupes de défenses des droits civils ne voient pas la situation d’un bon œil, et réclament l’arrêt des partenariats entre Amazon Ring et la police. Ils n’apprécient en effet pas l’idée que la population doive télécharger l’application Neighbors pour que la police ait directement accès à leurs images de surveillance depuis le service Enforcement Neighborhood Portal.

Crédits photo UNSPLASH

L’intention d’Amazon est peut-être louable, mais beaucoup estiment que le programme porte atteinte à la vie privée. Plus d’une trentaine d’organisations de défense des droits civils réclament ainsi une enquête sur cette pratique commerciale.

Une plateforme qui crée la paranoïa

L’application Neighbors pourrait rendre paranoïaques ces utilisateurs d’après Andrew Ferguson, professeur à l’Université de Columbia. Leurs caméras pourraient en effet filmer des scènes très privées, auxquelles la police pourrait ensuite avoir accès grâce à Ring.

Rien qu’au mois d’août dernier, plus de 400 polices des États-Unis ont obtenu des images filmées par les utilisateurs en s’associant à Amazon Ring. Des images et vidéos qu’elles peuvent stocker les vidéos indéfiniment.

Pour les défenseurs de la vie privée, c’est tout simplement intolérable, et ils sont une trentaine à avoir écrit une lettre ouverte aux autorités qui ont contracté un partenariat avec Amazon Ring. Une collaboration que les groupes considèrent comme une pratique commerciale qui soumet la vie privée de la population à une veille permanente. Une enquête à ce sujet est ainsi vivement réclamée.

Amazon plaide sa cause et celle de Ring

Accusée d’atteinte à la vie privée, Amazon s’est vivement défendue.

La multinationale a affirmé que les employés de Ring n’ont aucunement accès aux flux en direct des utilisateurs de l’application Neighbors. Amazon a particulièrement insisté sur le fait que le seul objectif de Ring est d’optimiser la sécurité du quartier en fournissant les matériels nécessaires à la police.

Par ailleurs, Amazon projette également d’installer la fonction de reconnaissance faciale sur les caméras de Ring. Comme il fallait s’y attendre, cette nouvelle est loin d’enchanter les groupes des défenseurs en sachant que plus de 500 villes sont associées à Amazon.

Quoi qu’il en soit, les groupes de défenseurs continueront leur quête pour la liberté civile et le droit à la vie privée.

Mots-clés amazon