États unis : les Bitcoins intéressent de plus en plus les escrocs

L’utilisation des cryptomonnaies est de plus en plus fréquente avec l’évolution actuelle de la technologie. Si auparavant les escrocs s’intéressaient surtout à l’argent liquide et aux bijoux de valeur, maintenant ce sont les Bitcoins qu’ils ont dans leur collimateur.

Ce nouvel intérêt provient de la valeur du bitcoin qui est nettement plus élevée que celle du dollar américain ou de l’euro.

Aux États-Unis, les escrocs utilisent les appels téléphoniques pour effectuer leur méfait. Rien que depuis le mois de janvier dernier, environ 200 plaintes ont été déposées auprès des autorités concernant des cas d’escroquerie. D’après le service de la police de New York (NYPD), plus de 2 millions de dollars ont été volés depuis le début de l’année.

Pour tromper leurs victimes, les escrocs se font passer pour des responsables travaillant au sein des agences gouvernementales.

Comment font les escrocs ?

Les voleurs utilisent le nom des agences gouvernementales comme la sécurité sociale ou la police pour tromper leurs victimes. Ils leur demandent par exemple d’effectuer des transferts d’argent suite à des semblants de problèmes liés à leur numéro de sécurité sociale.

Il arrive aussi que les victimes soient contraintes par la menace d’envoyer des cartes-cadeaux prépayées, des virements bancaires ainsi que des paiements en bitcoins aux escrocs qui se font passer pour un « officier de police ». Mais souvent, la confiance de certaines personnes envers leurs agences gouvernementales les amène à payer la somme demandée sans poser de question.

Que faire pour lutter contre ce fléau ?

Les escrocs n’ont pas de cibles particulières, ils s’en prennent aussi bien aux personnes âgées qu’aux plus jeunes, du moment que leurs victimes soient en mesure de payer. D’après Nilda Hofmann, chef des affaires communautaires, le NYPD collabore étroitement avec le secteur financier pour résoudre le problème, et ce, jusqu’à ce que les voleurs soient punis par la loi.

Grâce au « spoofing », les criminels sont capables d’afficher le numéro de l’administration de la sécurité sociale quand ils effectuent leurs appels. Selon Hofmann, la meilleure façon d’éviter de se faire escroquer est de raccrocher une fois que l’on suspecte quelque chose d’anormal. Il est donc recommandé de simplement ignorer leur demande et de ne jamais payer la somme revendiquée.

La question est de savoir si ces malfaiteurs vont en rester aux appels téléphoniques ou s’ils vont chercher d’autres moyens plus efficaces pour mieux tromper leurs victimes.