Etats-Unis : Les employés d’Amazon l’accusent de traquer leur temps libre

Le jeudi 01er octobre 2020, des employés d’entrepôts d’Amazon ont mené une manifestation à Shakopee, au Minnesota pour dénoncer le licenciement d’une collègue, qui s’est plainte de problèmes de sécurité auprès de la direction, et pour contester les violations de temps libre prétextées par le géant de l’e-commerce pour renvoyer ses employés.

D’après les informations de Vice, les employés d’Amazon ont manifesté dans le parking de l’entrepôt de Shakopee et a exigé la réintégration de Farhiyo Warsame qui avait mené une campagne pour demander à l’entreprise l’amélioration des conditions de travail des salariés. Malheureusement, l’employée a été renvoyée la semaine dernière pour violations de temps libre.

Crédits Unsplash

A noter qu’Amazon utilise un système de surveillance pour contrôler la productivité des employés et que le fait de prendre des pauses prolongées ou répétées pourrait entraîner des mesures disciplinaires ou encore, comme dans le cas présent, un licenciement.

Chez Amazon, boire de l’eau ou aller aux toilettes devient problématique

Le Centre Awood, qui organise les travailleurs d’entrepôt d’Amazon dans le Minnesota, a déclaré dans un post sur Facebook qu’Amazon a licencié Warsame car « elle prenait trop de pauses, l’entreprise a dit la même chose lorsqu’elle a renvoyé Hibaq Mohamed et beaucoup de nos autres délégués du personnel. Nous exigeons qu’Amazon réintègre Farhiyo et arrête de riposter contre nous. »

Par ailleurs, les employés d’Amazon à Shakopee s’inquiètent du fait que l’entreprise prétexte de plus en plus les pauses de travail prolongées pour riposter contre les employés qui militent pour de meilleures conditions de travail. Guled Abdi, un ouvrier d’Amazon à Shakopee, a déclaré qu’ils ne sont pas en sécurité, « les gens sont mis en garde contre le temps libre lorsque nous buvons de l’eau et que nous allons aux toilettes. Mais nous ne sommes pas des robots mais des humains ».

Amazon semble avoir une dent contre les employés qui demandent de meilleures conditions de travail

Selon Vice, Amazon a licencié au moins deux de ses employés d’entrepôt depuis de début de la pandémie de Covid-19.

Ces ex-employés avaient pour point commun d’avoir demandé plus de protections contre le coronavirus à Amazon. Cette situation a toutefois amené les employés à mener plus de grèves à travers le pays. La manifestation de jeudi dernier serait d’ailleurs le deuxième arrêt de travail mené par les employés d’Amazon à Shakopee depuis le début de la pandémie.

Face à ces manifestations, Amazon a déjà accepté de réintégrer un employé après que plus de 50 employés de Shakopee aient protesté son renvoi en avril 2020. L’entreprise va-t-elle prendre la même décision cette fois-ci ou continuer à rompre des contrats ? Affaire à suivre.