États-Unis : les exportations de hautes technologies vers Hong Kong seront suspendues

C’est officiel, les États-Unis d’Amérique ont mis en place de nouvelles mesures pour mettre fin au statut spécial qu’ils ont accordé à Hong Kong.

Ce statut a permis à la Cité-État de bénéficier pendant plusieurs années de contrôles particuliers sur les exportations, de politiques migratoires privilégiées et de tarifs réduits. Cette mesure fait alors suite à la décision chinoise de renforcer son contrôle sur Hong Kong rendant cette dernière dorénavant indissociable de la Chine.

Crédits Unsplash

Dans une communication à Reuters, Kurt Tong, ancien consul général des USA à Hong Kong, a annoncé que la décision du gouvernement américain n’aura pas d’impact sur la majorité des échanges commerciaux avec la Cité-État. Selon des chiffres officiels, Hong Kong ne représenterait que 2 % des exportations américaines en 2018. Cependant, ces nouvelles mesures pourraient entraver sérieusement les relations commerciales des secteurs technologiques américaines avec les clients hongkongais.

L’annonce du gouvernement américain a alors été faite quelques heures avant l’adoption par la Chine d’une loi sur la sécurité nationale. Cette loi, qui entrera en vigueur à partir du 1er juillet, viserait à réduire l’autonomie de Hong Kong en renforçant le contrôle de la Cité-État par le géant asiatique.

Des embargos sur les technologies sensibles

Les mesures entreprises par le gouvernement américain concerneraient la suspension de licences exceptionnelles accordées à Hong Kong sur l’exportation de technologies sensibles et d’équipements militaires classés « Défense ». Selon un communiqué du département d’État, les exportations de ces équipements seront interrompues et des mesures pour imposer à Hong Kong les mêmes restrictions que celles adoptées pour la Chine seront mises en œuvre.

Les exportations concernées par ces mesures de restriction englobent alors les puces informatiques et les technologies à double usage (militaire et civil). Ces derniers concernent entre autres les satellites ou les lentilles télescopiques montées sur les armes à feu. D’autres restrictions concernant les traités d’extradition avec Hong Kong seront également prises en compte.

Par ailleurs, le département d’État et le département du Commerce américain ont annoncé que d’autres mesures seraient envisagées par la suite.

À lire aussi : Les Etats-Unis en veulent toujours à la Chine

Des risques sur la sécurité nationale américaine

D’après une annonce commune du département d’État et du département du Commerce, ces mesures de restriction ont été mises en place pour des raisons de sécurité nationale. En effet, comme le note le secrétaire d’État Michael Pompeo, « Nous ne pouvons plus distinguer entre l’exportation d’articles contrôlés vers Hong Kong ou vers la Chine continentale [et] nous ne pouvons pas risquer que ces articles tombent entre les mains de l’Armée de libération du peuple, dont le but principal est de maintenir la dictature du PCC [Parti Communiste Chinois] par tous les moyens nécessaires. »

Cette crainte est par ailleurs partagée par le Secrétaire au Commerce, Wilbur Ross, qui a déclaré : « Avec l’imposition par le Parti communiste chinois de nouvelles mesures de sécurité à Hong Kong, le risque que des technologies américaines sensibles soient détournées vers l’Armée populaire de libération ou vers le ministère de la Sécurité d’État a augmenté, tout cela peut porter atteinte à l’autonomie du territoire. »

À lire aussi : Les Etats-Unis à la traîne par rapport à la Chine sur l’IA