Etats-Unis : Un garçon est mort après avoir été infecté par une amibe « mangeuse de cerveau »

Le 13 septembre dernier, le CDC ou Centers for Disease Control and Prevention a publié un rapport concernant un cas rare d’infection amibienne. Selon le rapport, un garçon est mort après avoir été contaminé par une amibe connue sous le nom de Naegleria fowleri l’année dernière.

D’après la publication, le garçon aurait nagé dans la source thermale appelée Hot Ditch, située à l’est de la Californie. Ce lieu de loisir est très prisé aussi bien par les touristes que par les habitants de la région.

Crédits Pixabay

Selon le CDC, les symptômes ont commencé à apparaître environ douze jours après son passage à l’Hot Ditch.

Les manifestations de la maladie

Une douzaine de jours après l’entrée de l’amibe dans l’organisme du garçon, celui-ci a commencé à présenter des symptômes inquiétants.

Après deux jours de fièvre, de maux de tête et de vomissements, il a été conduit à l’hôpital. Il a ainsi suivi un traitement intensif dans un hôpital du Sud de la Californie mais malheureusement, il a souffert d’une insuffisance respiratoire et est décédé trois jours après son admission.

Durant son hospitalisation, les médecins ont fait un scanner du cerveau de la victime et ont découvert que l’organe présentait un gonflement. Ils ont aussi effectué un prélèvement du liquide céphalo-rachidien au niveau inférieur de sa colonne vertébrale. Les analyses ont révélé la présence de petits organismes nommés Naegleria fowleri dans le liquide.

Une contamination par le nez

Dans le rapport, le CDC a expliqué que N. fowleri était un organisme unicellulaire vivant principalement dans les eaux douces chaudes. Les auteurs de la publication ont aussi indiqué que l’amibe ne peut entrer dans l’organisme humain que par le nez uniquement.

Quand N. fowleri parvient à s’introduire dans le cerveau, il se multiplie activement et se nourrit du tissu cérébral de la victime. Les statistiques indiquent que l’infection amibienne est mortelle à 97 %, notamment des suites d’une méningo-encéphalite amibienne primaire ou PAM. Le gonflement du cerveau est en fait la conséquence de la destruction du tissu nerveux.

Selon la déclaration de Chris Van Deusen, responsable au sein des services de santé du Texas, les risques d’être contaminé restent très faibles bien que des millions de personnes nagent dans les lacs et rivières chaque année. Le CDC recommande tout de même aux personnes fréquentant les eaux douces chaudes d’empêcher que l’eau n’atteigne leur nez pour éviter de contracter l’amibe.

Mots-clés santé