Etats-Unis : Une femme a contracté un ver parasite qui infecte habituellement les yeux des vaches

Le 22 octobre dernier, un rapport a été publié dans le journal Clinical Infectious Diseases  concernant le cas d’une infection par un ver parasite de vache. Selon le rapport, c’est seulement le deuxième cas jamais enregistré.

Le ver a été détecté chez une femme de 68 ans, vivant dans le Nebraska, mais qui passe ses hivers à Carmel Valley en Californie. Selon les informations, la femme a contracté le ver durant son séjour en 2018.

Crédits Pixabay

Les problèmes de la victime ont commencé avec une irritation au niveau de son œil droit. Elle l’a alors rincé avec de l’eau du robinet et a trouvé un ver rond et onduleux de 1,3 cm qui en sortait. En examinant l’œil de plus près, elle a découvert un deuxième ver qu’elle a tout de suite enlevé.

Le lendemain, la femme s’est empressée d’aller chez un ophtalmologiste à Monterey, en Californie. Celui-ci a trouvé un troisième ver qu’il a préservé dans du formaldéhyde, et a prescrit un médicament topique à la femme pour éviter les risques d’infection. D’autre part, le médecin lui a conseillé de continuer à rincer ses yeux avec de l’eau distillée.

Un cas très rare

L’ophtalmologue a envoyé l’échantillon de ver préservé au Centers for Disease Control and Prevention pour plus d’informations. Les chercheurs ont alors déterminé que le ver en question appartenait à l’espèce Thelazia gulosa qui est en fait un parasite du bétail transmis par des mouches faciales se nourrissant des sécrétions des yeux.

Selon les informations, il est extrêmement rare que le ver infecte des humains. Jusqu’à présent, un autre cas seulement a été signalé chez l’homme. Il s’agit du cas d’une femme âgée de 26 ans habitant dans l’Oregon et qui a été infectée en août 2016.

Un ver parasite des vaches

D’après les explications de la femme du Nebraska, il est fort possible qu’elle ait contracté le ver en février 2018 lors d’une course dans la vallée de Carmel où elle s’est heurtée à un essaim de mouches. Après avoir consulté l’ophtalmologue de Monterey, elle avait toujours l’impression d’avoir quelque chose dans son œil. Bien qu’elle ait consulté d’autres médecins, ces derniers n’ont rien pu trouver d’autre. Elle a cependant réussi à retirer un quatrième ver.

L’infection au T. gulosa chez les vaches est connue depuis les années 1940 en Amérique du Nord. On ignore cependant pourquoi les cas d’infection de l’homme n’ont été rapportés que récemment. Les auteurs de l’étude suggèrent ainsi que ces deux cas pourraient représenter une « maladie zoonotique émergeante » aux Etats-Unis. D’autre part, le développement d’œufs dans le spécimen examiné montre que l’homme pourrait constituer un hôte approprié pour la reproduction de T. gulosa.

Cet incident montre ainsi qu’il est important que des études plus approfondies soient menées sur le bétail pour déterminer les zones où le ver parasite apparait. Il sera ainsi possible de connaitre les régions des Etats-Unis où le parasite est le plus susceptible d’attaquer les humains.

Mots-clés santé