Etats-Unis : une mystérieuse bactérie venant d’Asie du sud a infecté un quatrième patient

Alors que le Sars-CoV-2 en fait déjà voir de toutes les couleurs aux États-Unis, une bactérie très dangereuse inquiète actuellement le CDC. Il s’agit du Burkholderia pseudomallei, l’agent pathogène qui se trouve derrière une infection peu commune appelée mélioïdose.

Ce qui préoccupe particulièrement les chercheurs, c’est le fait que depuis le mois de juin dernier, il semblerait qu’une souche normalement endémique à l’Asie du Sud touche des Américains qui n’ont pas voyagé.

La photo d'une bactérie
Crédits Gerd Altmann – Pixabay

Jusqu’à présent, sur le sol américain, cette bactérie a en effet contaminé 4 individus. Malheureusement, 2 d’entre eux ont perdu la vie.

Afin de savoir comment le Burkholderia pseudomallei a pu se retrouver aux États-Unis, les responsables s’activent. Mais la tâche est loin d’être aisée.

L’apparition d’un nouveau fléau originaire d’Asie du Sud ?

Selon un rapport du CDC datant du mois de juin, cette bactérie a contaminé 3 individus, au Kansas, au Texas ainsi qu’au Minnesota. Dans la liste, un enfant de 4 ans et deux adultes. Tandis que la fillette et l’un des malades ont eu de graves complications, le troisième patient a rendu l’âme.

Pas plus tard que ce lundi, le CDC a signalé un nouveau cas suspect d’infection au Burkholderia pseudomallei d’origine asiatique dans l’État de Géorgie. Et l’autopsie du malade a confirmé les doutes des experts. Ce microbe est particulièrement dangereux, surtout si le diagnostic d’une infection se fait tardivement.

Surtout que ses symptômes sont très trompeurs. Ils font souvent penser à des maladies graves (comme la tuberculose), ce qui explique pourquoi les médecins ont du mal à l’identifier. De plus, une infection causée par cette bactérie prend généralement entre deux et trois semaines pour se manifester.

On ignore comment cette bactérie a pu arriver aux États-Unis

Normalement, cette souche du Burkholderia pseudomallei, retrouvée jusqu’à présent chez 4 personnes, prospère dans les eaux et le sol de l’Asie du Sud. Mais vu qu’aucun des malades n’y a voyagé, les experts se demandent comment ces derniers ont pu choper ce microbe.

Selon le CDC, un produit importé, jusqu’à présent non identifié pourrait être à l’origine de ces 4 cas. Il y a de fortes probabilités que des conditions d’humidité lors du transport aient alors favorisé l’arrivée de cette mystérieuse bactérie aux États-Unis.