Etrange découverte en Amazonie, des villages disposés comme des cadrans d’horloge

Des archéologues ont découvert en Amazonie d’étranges villages ensevelis sous la forêt. Disposés comme des cadrans d’horloge, ceux-ci dateraient entre 1300 et 1700  de notre ère.

Décidément, l’Amazonie ne nous a pas encore livré tous ses secrets. Considérée par de nombreux experts comme étant le poumon de la terre, la plus vaste forêt tropicale de la planète manque malheureusement d’histoire. Force est de reconnaitre que les scientifiques se focalisent davantage sur ces richesses naturelles que sur ses richesses historiques.

L'Amazonie, le poumon de la planète

L’Amazonie, le poumon de la planète

Pourtant, cette région tropicale du Brésil abrite des peuples autochtones qui y ont vécu de génération en génération.

Afin d’en apprendre davantage sur cette face cachée de l’Amazonie, des archéologues ont récemment survolé certaines zones à bord d’un hélicoptère équipé d’un LiDAR UAV RIEGL VUX-1, soit d’un radar dont le principe de fonctionnement est à peu près identique à celui du LiDAR de l’iPhone ou encore de certaines voitures intelligentes.

Grâce à cet équipement, les chercheurs ont découvert la présence de mystérieux villages sous la canopée forestière de l’Amazonie.

Des villages ayant été construits entre le 14e et le 18e siècle de notre ère

Comme le rapporte Science Alert, lesdits villages sont disposés comme des cadrans d’horloge. Leur existence était déjà connue avant cette mission qui a vu la participation de l’archéologue José Iriarte de l’Université d’Exeter au Royaume-Uni.

Cependant, grâce au cours à la technologie, les archéologues disposent désormais de précieuses données cartographiques qui leur permettront de mieux étudier les lieux.

« Le LIDAR nous a permis de détecter ces villages et leurs composants tels que les réseaux de sentiers, ce qui n’était pas possible auparavant, car la plupart ne sont pas visibles dans les meilleures données satellitaires disponibles », a expliqué Iriarte. En observant les images infrarouges, les archéologues se sont rendu compte que les villages construits entre 1300 et 1700 représentaient des modèles sociaux très spécifiques.

Une représentation du cosmos amérindien ?

Les chercheurs ne savent pas encore si ces dispositions en forme de cadrans d’horloge ont quelque chose à voir avec la place qu’occupait chaque individu/famille dans la hiérarchie sociale. Toutefois, il semblerait qu’elles représentent le cosmos amérindien. L’exploration aérienne a permis de découvrir environ trente monticules dont les plus élevées possèdent 3 mètres de hauteur.

Des études plus approfondies permettront de savoir si ces monticules ont servi de lieux d’habitation ou de cimetières. À noter que les archéologues ont aussi constaté la présence de routes disposées autour des villages comme des rayons du soleil. En plus des villages circulaires, ils en ont trouvé d’autres disposés de façon rectangulaire.