Cette étrange exoplanète pourrait nous aider à mieux comprendre le processus de formation planétaire

En 2017, une équipe de chercheurs a rapporté la découverte d’une nouvelle exoplanète. Cette géante gazeuse, baptisée WASP-107b, orbite autour d’une naine orange qui se trouve à 211 années-lumière de la Terre, dans la constellation de la Vierge. Une nouvelle étude a récemment émergé à son sujet.

D’après les chercheurs de l’Université de Montréal, au Canada, WASP-107b pourrait bien modifier notre compréhension du processus de formation planétaire. Selon eux, le cœur de cette exoplanète serait plus léger que ce que les experts avaient prévu. Or, la formation de ce genre de planète gazeuse nécessite un cœur solide d’une densité élevée.

La surface d'un exoplanète
Crédits Pixabay

Cette découverte pourrait indiquer que les géantes gazeuses telles que Jupiter et Saturne pourraient se former plus facilement qu’on le pensait.

Une planète super-nuageuse

Les chercheurs ont indiqué que WASP-107b possède « l’une des densités apparentes les plus faibles parmi toutes les planètes extrasolaires découvertes. » Pour ce qui est de sa masse, ils ont déclaré qu’elle était 10 fois moins massive que Jupiter. Au vu de la faible densité de son cœur solide, ils ont suggéré que plus de 85% de sa masse provenait de son enveloppe gazeuse.

De ce fait, WASP-107b a été présentée comme « une super-Neptune super-nuageuse. » Ces caractéristiques ont intrigué les chercheurs.

« Nous avions beaucoup de questions sur l’exoplanète WASP-107b. Comment une planète de si faible densité a-t-elle pu se former ? Et  comment a-t-elle empêché son énorme couche de gaz de s’échapper, surtout si l’on considère la proximité de son étoile ? Cela nous a motivés à faire une analyse approfondie pour connaître l’histoire de sa formation », explique Caroline Piaulet, de l’Université de Montréal.

A lire aussi : Découverte d’un FRB en provenance d’une exoplanète ?

Quid de la formation de WASP-107-b ?

WASP-107b a remis en question les croyances des chercheurs sur la formation planétaire. Cette exoplanète est devenue « un défi pour la formation des planètes car elle abrite une grande enveloppe, mais tourne actuellement à seulement 0,06 unité astronomique de son étoile. » En dépit de cet aspect, le professeur Eve Lee, de l’Université McGill, a pu émettre une première hypothèse sur l’origine de cette géante gazeuse.

« Pour WASP-107b, le scénario le plus plausible est que la planète s’est formée loin de l’étoile, où le gaz du disque est suffisamment froid pour que l’accrétion se produise très rapidement. La planète a ensuite pu migrer vers sa position actuelle par des interactions soit avec le disque, soit avec d’autres planètes du système. »

A lire aussi : Découverte d’une des exoplanètes les plus sombres de la Voie lactée

Cette théorie est encore à vérifier. En 2021, les chercheurs espèrent que l’utilisation du télescope spatial James-Webb les aide à en savoir plus sur WASP-107b.

Mots-clés exoplanètes