L’étrange phénomène qui se produit quand plusieurs personnes sont captivées par la même histoire

Quand nous regardons un même film ou écoutons un même récit, quelque chose d’étrange se produit. D’après une étude récemment publiée dans Cell Reports, cela entraine une synchronisation entre l’activité cérébrale et le rythme cardiaque.

L’humanité s’intéresse depuis des lustres à l’exploration spatiale dans l’espoir de trouver des extraterrestres. Cependant, en dépit des technologies dont nous disposons, nous ne sommes même pas encore parvenus à déchiffrer tous les secrets de notre propre corps. Par exemple, l’origine de la conscience est un sujet qui continue de faire débat auprès des scientifiques. Un autre mystère qui subsiste concerne l’existence d’un soi-disant comportement physiologique commun lorsque nous sommes captivées par la même histoire.

Une image représentant une fréquence cardiaque
Crédits Pixabay

On a longtemps supposé que ce phénomène était dû à des émotions partagées. Mais une étude qui vient de paraitre dans la revue américaine Cell Reports vient contredire cela et apporte des explications plus plausibles.

L’étude en question a été menée conjointement par des chercheurs du City College de New York (CCNY), de l’Institut du Cerveau – Paris Brain Institute et de l’institut national (français) de la santé et de la recherche médicale (Inserm).  

Déterminer le rôle de la conscience dans la synchronisation des fréquences cardiaques

Il s’avère effectivement que cette expérience partagée persiste même pour les gens qui ne se trouvent pas au même endroit, tant que leur attention reste focalisée sur la même chose. Elle se manifeste par une synchronisation de la fréquence cardiaque. Selon les explications du professeur Lucas Parra du City College de New York, co-auteur principal de l’étude, ce phénomène est beaucoup plus complexe que le simple fait d’écouter un même récit. Jacobo Sitt, neuroscientifique au Paris Brain Institute, a de son côté déclaré que pour que l’effet se produise, il est nécessaire que chaque individu prête attention aux détails de l’histoire.

Pour déboucher sur de telles conclusions, les scientifiques ont réalisé trois expériences différentes. Celles-ci avaient pour but de déterminer le rôle que la conscience occupe quand il s’agit de faire en sorte que nos rythmes cardiaques se synchronisent même à très grande distance. Dans la première expérience, des sujets ont écouté un livre audio des « 20 000 lieues sous les mers » de Jules Verne. Le rythme cardiaque de chaque volontaire a été mesuré au moyen d’un électrocardiogramme. Cette séance a permis aux chercheurs de constater que la fréquence cardiaque des individus changeait selon les évènements qui se déroulaient dans l’histoire.

Un meilleur rappel entraine une meilleure synchronisation

Par ailleurs, le professeur Parra et ses collègues ont découvert que l’augmentation ou la diminution du rythme cardiaque se produisait aux mêmes moments du récit. Dans la deuxième expérience, les volontaires ont visionné de courtes vidéos pédagogiques dépourvues de contenu émotionnel. L’effet était similaire à celui de la première observation.

Pour la troisième expérience, l’équipe a demandé à chaque participant d’écouter des histoires pour enfants. Alors que certains ont pu se concentrer sur les récits, d’autres ont vu leur attention perturbée par des facteurs externes. Les volontaires ont ensuite été invités à résumer les détails qui les ont marqués. Une approche qui a permis aux scientifiques de savoir que la qualité synchronisation des fréquences cardiaques dépendait du niveau de rappel.