Découverte d’étranges étoiles-araignées

Le 1er décembre 2020, la communauté scientifique a souffert d’une grande perte et pour cause. Cette date a été marquée par l’effondrement du radiotélescope d’Arecibo, basé à Porto Rico (Etats-Unis). Fort heureusement, les chercheurs peuvent toujours exploiter ses données. Grâce à un article relayé par le site Live Science, on a appris qu’il a récemment permis la découverte d’étoiles-araignées.

C’est en étudiant des données récoltées entre 2013 et 2018 par le radiotélescope d’Arecibo que les chercheurs ont détecté ces étranges corps célestes. Ils ont rapporté la présence de 5 étoiles-araignées. Les trois premières sont des « veuves noires. » La quatrième est une « redback », c’est-à-dire une veuve noire à dos rouge. La cinquième, quant à elle, est une étoile hybride à mi-chemin entre une veuve noire et une redback.

Un ciel étoilé
Photo de Trevin Rudy – Unsplash

D’après les experts, ces étoiles se nourrissent de l’énergie de leurs voisins.

Des étoiles à neutrons

On entend rarement parler des étoiles-araignées. Pourtant, elles sont bien connues des scientifiques. Il s’agit de pulsars ou d’étoiles à neutrons qui proviennent des explosions de supernovae.

Les étoiles-araignées sont caractérisées par une impulsion qui se produit toutes les 30 millisecondes. D’autre part, elles émettent des clignotements lumineux à chacune de leur rotation. Certaines étoiles à neutrons aspirent la matière des corps qui se trouvent dans leur orbite binaire pour entretenir leur vitesse. Les étoiles-araignées, quant à elles, sont bien plus redoutables.

Des étoiles qui s’adonnent au cannibalisme ?

Ces étoiles portent bien leur nom. Tout le monde connaît la réputation des veuves noires. Cette espèce d’araignée est connue pour dévorer les mâles de sa propre espèce après l’accouplement. Eh bien, les étoiles-araignées se comportent à peu près de la même façon. Elles détruisent la surface de leur étoile binaire et absorbent toute leur énergie.

Les étoiles dites « veuves noires » sont accompagnées d’une étoile binaire dont la masse atteint un dixième de celle du Soleil (entre 0,02 et 0,03 fois). Les redbacks, quant à elles, ont des compagnons plus imposants qui se déplacent souvent entre la Terre et l’étoile-araignée. Le mystère reste toutefois entier en ce qui concerne l’étoile hybride. Ses caractéristiques se trouvent en effet entre celles des redbacks et des veuves noires.

Son compagnon provoque parfois des éclipses, à l’instar de celui d’un redback, en passant entre la Terre et l’étoile-araignée. Néanmoins, elle est trop lourde pour être une veuve noire et trop légère pour être une redback.