La sexualité est aussi une affaire de technologies

L’Institut Kinsey a mené une nouvelle étude sociologique poussée portant sur le rapport entre notre sexualité et la technologie. Le résultat est tout simplement édifiant.

Pour mener à bien cette nouvelle étude, les représentants de l’institut sont allés à la rencontre d’un peu plus de 140 000 personnes réparties dans près de deux cents (198) différents. Ils leur ont ensuite soumis un questionnaire portant sur leurs habitudes en matière de sexualité et ils ont ensuite compilé leurs réponses afin de dégager des tendances fortes.

Couple sexe

Les résultats ont été publiés sur Medium au début du mois d’août.

La sexualité et la technologie de plus en plus liées

Le secteur de la rencontre amoureuse a beaucoup évolué en l’espace de quelques décennies avec l’avènement du web et des technologies nomades. C’est précisément ce que reflètent les résultats de l’étude puisque 30 % des personnes sondées ont reconnu utiliser régulièrement des applications spécialisées dans le secteur du dating.

Il s’agit cependant d’une moyenne et tous les pays ne sont naturellement pas égaux devant la chose. En réalité, ces applications marchent très bien chez les Suédois et ils sont ainsi 46 % à les utiliser.

Bon, et pour le sexe, alors ? Là encore, la technologie remplit visiblement un rôle très important puisque 18 % des personnes sondées ont déclaré utiliser des applications spécialisées dans l’apprentissage sexuel.

Les Chinois sont d’ailleurs les plus portés sur la chose puisque ce taux passe à 32 % sur le territoire chinois, contre 19 % pour les Américains et 12 % pour les Allemands. Les Français n’apparaissent pas dans le classement.

Les sextos marchent très très fort

Plus surprenant, les sextos semblent s’être considérablement démocratisés ces dernières années puisque 67 % des personnes sondées ont reconnu envoyer régulièrement des messages de ce type à leur(s) partenaire(s). Encore plus incroyable, cette tendance est extrêmement répandue chez les personnes résidant en Afrique du Sud puisque ce seuil atteint les 77 % sur le territoire, contre 74 % pour les États-Unis. La France semble également avoir un penchant pour la chose puisque le taux atteint les 54 % sur notre territoire, un seuil similaire à celui de l’Italie.

Sans surprise, cette pratique est surtout répandue chez la nouvelle génération et le taux atteint ainsi les 43 % chez les 18-20 ans, les 31 % chez les 21-24 ans et les 16 % chez les 25-34 ans, contre seulement 5 % chez les 34-44 ans et les 3 % chez les 45-54 ans.

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, les sextos ne sont pas uniquement une affaire de SMS et de nombreuses personnes préfèrent ainsi passer par Snapchat pour envoyer ces messages.

Mais le plus fou, finalement, c’est que de nombreuses personnes utilisent aussi des applications pour… évaluer et analyser leurs rapports sexuels. Cette pratique est même très répandue chez les Philippins (52 %), les Américains (45 %) et les habitants des Émirats arabes unis (23 %).

Mots-clés insolitesexualité