Si vous aimez Dark Vador, alors vous n’êtes peut-être pas très différent de lui

L’un des scénarios classiques que l’on voit dans la plupart des films est la lutte sans fin entre le bien et le mal. Que ce soit un film historique, dramatique, d’action ou même romantique, le public apprécie lorsqu’il peut identifier qui est le héros de l’histoire, donc celui ou celle qui fait le bien, et qui est le méchant, c’est-à-dire celui ou celle qui aime faire le mal. Evidemment, il est « d’usage » d’être du côté du héros lorsque la bataille fait rage, notamment dans les films d’action.

Actuellement, il y a toutefois un phénomène qui est en train de se produire. Quand on regarde les films sortis ces dernières années, on peut constater que l’antagoniste de l’histoire semble parfois être le personnage qui éveille le plus l’intérêt chez les cinéphiles. Aujourd’hui, il y a même des fans qui préfèrent carrément le méchant puisque celui-ci est perçu comme étant plus cool que le protagoniste. Mais que signifie le fait d’être plus attiré par celui qui fait le mal dans un film que par celui qui le combat ?

Crédits Pxabay

Une étude réalisée par des chercheurs travaillant dans une université danoise et publiée récemment répond à cette question en disant que les gens qui préfèrent les « mauvais gars » auraient des chances d’avoir eux-mêmes un côté méchant. Ainsi, si vous êtes plus un fan de Dark Vador que de Luke Skywalker lorsque vous regardez Star Wars, dites-vous que vous avez également un petit « côté obscur » en vous.

Les caractéristiques du méchant

D’après la conclusion des chercheurs qui ont mené l’étude, certains individus peuvent percevoir les antagonistes dans les films de façon positive tout simplement parce qu’ils sont comme eux. Cela veut dire que dans une certaine mesure, ces personnes partagent la façon de voir immorale des méchants.

Selon l’étude, les personnes qui ont un penchant pour le mauvais côté dans les films possèdent les trois caractéristiques qui font d’un méchant un méchant, c’est-à-dire le narcissisme, la psychopathie, et le machiavélisme.  

Un danger pour la société ?

Avec les résultats de cette étude, il serait assez normal de s’inquiéter puisque beaucoup de personnes se disent fans de certains méchants célèbres comme le Joker, ou encore Thanos. Il est ainsi possible qu’il y ait toute une variété de méchants refoulés parmi nous.

En tout cas, pour vous rassurer, l’enquête qui a été réalisée pour obtenir ces résultats a uniquement été menée en Amérique du Nord. On ne peut donc pas généraliser pour le reste du monde. Il n’empêche qu’avec les films qui essaient à chaque fois de créer le meilleur antagoniste possible, il y a un risque que la balance  change de côté.

Mots-clés psychologie