La voiture électrique deviendra compétitive dès 2024

Selon une étude effectuée par le cabinet Element Energy, la voiture électrique deviendra compétitive dès 2024. Il s’agit d’un travail de recherches fait pour le compte du Beuc (Bureau européen des unions de consommateurs). La courbe prévoit, en effet, une convergence des prix de l’électrique et du thermique dans la prochaine décennie. Pour le diesel, les projections faites par les spécialistes pointent vers l’année 2030.

L’étude a été faite uniquement dans un cadre européen, mais elle semble plutôt complète. Elle prend ainsi en compte la dépréciation, le coût du carburant, mais aussi le prix de l’entretien et de l’assurance du véhicule sur une durée de quatre années.

Etude voiture électrique

Les voitures électriques seront bientôt plus compétitives.

Elle met notamment en exergue le fait que le prix de ces véhicules constitue à l’heure actuelle le seul point réellement bloquant pour les consommateurs. Une tendance qui risque néanmoins de s’inverser dans les années à venir.

Une déflation significative pour 2024

Selon le rapport, “d’ici 2024, le coût total de possession moyen d’une voiture électrique pourrait égaler celui d’une voiture à essence” grâce notamment aux avancées technologiques faites par les entreprises du secteur. Des avancées qui contribueront à réduire les coûts intermédiaires de production et qui auront en plus un effet bénéfique sur l’autonomie prodiguée par les batteries de ces véhicules.

Aujourd’hui, l’écart entre les prix d’un véhicule électrique et celui d’un véhicule à essence est estimé à 2 000 euros. Il serait deux fois plus important comparé à un véhicule diesel et il atteindrait ainsi les 4 000 € en moyenne.

Le rapport indique que le coût des voitures thermiques et diesels devrait également diminuer durant la prochaine décennie. Il estime cependant que la période comprise entre 2020 et 2030 sera marquée par la production massive de voitures électriques.

Une tendance qui se confirme

Les entreprises qui agissent dans ce domaine reçoivent en fait d’énormes subventions. D’ailleurs, les normes sur la limitation des émissions de gaz polluants deviennent de plus en plus strictes. Ainsi, les constructeurs d’automobiles, mêmes ceux les plus réticents comme Toyota, veulent adopter l’énergie électrique.

En particulier, Tesla, le constructeur américain, vient d’installer une grande usine de batteries située dans le Nevada. Celle-ci servirait à réduire le prix unitaire des accumulateurs, suivant un effet d’échelle.

Cette étude ne prend cependant pas en compte tous les frais inhérents à la technologie et elle fait notamment l’impasse sur le coût d’installation de bornes de recharge à domicile.

Mots-clés écologie