L’Europe veut lancer un télescope spatial pour suivre les débris en orbite terrestre

Les activités de l’Homme ont laissé des traces dans l’espace. Depuis le début de la conquête spatiale, on estime que près de 34 000 objets de plus de 10 cm gravitent autour de la Terre. Les chercheurs ont toujours gardé un œil sur ces débris spatiaux, car ils craignent qu’ils entrent en collision avec les satellites qui ont été placés en orbite au cours de ces dernières années.

Récemment, on a appris grâce au site Space.com que l’Agence spatiale européenne (ESA) compte faire quelque chose à ce sujet. L’ESA prévoit en effet de lancer un télescope spatial pour suivre les débris en orbite terrestre. D’après les sources, cet instrument devrait être capable de détecter des débris de l’ordre de quelques millimètres.

Crédits Pixabay

Ces fragments peuvent être minuscules, mais ils peuvent causer de sérieux dégâts s’ils heurtent un objet spatial.

Un télescope passif

L’instrument que l’ESA compte envoyer dans l’espace pour accomplir cette mission sera équipé d’un télescope optique de 20 cm. Si tout se passe comme prévu, il orbitera à une altitude de 600 à 700 km. On sait que cet instrument se servira notamment des modèles informatiques développés par l’ESA et la NASA.

Selon Tim Flohrer, responsable du Space Debris Office de l’ESA, ce télescope spatial sera complètement passif. Il a expliqué qu’il s’appuiera sur le principe que « le Soleil illuminera les objets et ensuite nous détecterons leur réflexion. » Tim Flohrer a ajouté que l’équipe en charge du télescope devra être capable de se rapprocher d’assez près de ces objets.

« Nous ne pourrons pas voir tous les objets dans la gamme millimétrique ou centimétrique, mais nous en verrons suffisamment pour valider nos modèles. »

Un lancement prévu pour 2025 ?

L’ESA espère pouvoir placer ce télescope spatial en orbite à l’horizon 2025. Le budget pour le développement de ce projet devrait être octroyé en 2022 à l’issue d’un conseil regroupant les états membres de l’ESA. À en croire les déclarations de Holger Krag, responsable du Space Safety de l’ESA, cet instrument aura du pain sur la planche.

« Plus les objets sont petits, plus ils sont nombreux », a-t-il déclaré.

À l’heure actuelle, il y aurait environ 128 millions de débris dont la taille varie de 1 mm à 1 cm dans l’espace.

« Seule une petite fraction de ces débris est visible à l’œil nu, mais la plupart d’entre eux sont dangereux en raison de leur vélocité élevée. »

Prochainement, l’ESA publiera un appel d’offres pour les sociétés qui souhaiteraient contribuer au développement des composants du télescope.

Mots-clés esa