Quand les océans étaient peuplés de gigantesques scorpions de mer

Il y a des millions d’années de cela, les profondeurs marines étaient infestées de scorpions gigantesques. C’est ce que révèle une récente étude menée par des scientifiques de l’Australian Museum et de l’université de New England, en Australie.

D’après cette étude, publiée dans la revue scientifique Gondwana Research, les mers du Paléozoïque étaient le terrain de jeu favori des Euryptérides, communément appelés scorpions de mer. Ce sont des espèces fascinantes qui pouvaient atteindre plus de 2 mètres de long. À en croire les chercheurs, ces scorpions de mer auraient vécu il y a 400 millions d’années de cela et faisaient partie des plus grands prédateurs marins de l’ère du Paléozoïque.

Crédits Pixabay

À travers cette étude, ces scientifiques veulent mettre en avant le manque d’informations concernant les Euryptérides, mais aussi souligner la diversité des représentants de cette espèce.

Des cousins du scorpion moderne

Bien que les Euryptérides présentent de nombreuses similarités avec les scorpions modernes, au niveau morphologique, ils ne seraient pas leurs ancêtres directes, mais plutôt leurs cousins. Ce sont des espèces dotées d’une carapace solide et de membres puissants.

Selon les scientifiques, les scorpions de mer étaient particulièrement agiles sous l’eau. Ils utilisaient leurs pattes arrière pour nager et creuser. Pour capturer leurs proies, les Euryptérides se servaient de leurs membres antérieurs, dotés de griffes acérées. Le Jaekelopterus rhenaniae est l’un des plus grands représentants de cette espèce. Il pouvait mesurer plus de 2,5 mètres de long.

À lire aussi : L’Australie a abrité des dinosaures carnivores aussi gros que le T-Rex

Un régime alimentaire qui reste mystérieux

Si l’étude de ces fossiles a permis d’apprendre beaucoup de choses sur les Euryptérides, certaines questions restent néanmoins sans réponses. Les chercheurs s’interrogent notamment sur leur régime alimentaire. Ils pensent qu’ils auraient pu se nourrir de poissons ou de petits arthropodes.

Les Euryptérides ont fait l’objet de nombreuses études ces dernières années. En 2010, par exemple, des paléontologues de l’université de Yale se sont penchés sur le cas des Pentecopterus decorahensis, dont des fossiles ont été découverts dans l’Iowa, aux États unis. Cette espèce est caractérisée par « la forme de sa queue en raquette » et « sa tête aplatie. »

Les scientifiques se demandent ce qui a pu contribuer à l’apparition de ces scorpions gigantesques à l’ère du Paléozoïque. D’après certaines hypothèses, cela pourrait être dû à l’absence de prédateurs, à une nourriture abondante ou encore à une hausse soudaine du niveau d’oxygène. Néanmoins, cela reste encore à vérifier.

À lire aussi : L’astéroïde qui a tué les dinosaures aurait frappé la Terre au pire angle possible

Mots-clés paléontologie