Une des exoplanètes les plus sombres de la Voie lactée se dirige vers sa destruction

Les exoplanètes ont toujours été un objet de curiosité et de fascination pour les astronomes. Qu’il s’agisse de savoir comment elles se sont formées, de quoi elles sont constituées ou encore si elles peuvent ou non accueillir la vie, de nombreuses questions restent encore en suspens chez les scientifiques, qui s’attèlent pourtant à recueillir le plus d’informations possibles sur ces mystérieuses planètes.

Malheureusement, l’une d’entre elles se dirigerait actuellement vers sa destruction, selon Science Alert. Il s’agit de WASP-12b, une planète ultra-noire qui gravite autour d’une étoile naine jaune un peu plus grande que le Soleil à 1410 années-lumière.

Crédits Pixabay

Cette exoplanète est aussi surnommée un « Jupiter chaud » en raison de ses similitudes avec Jupiter, notamment sa masse, son atmosphère gazeuse et sa taille.

WASP-12b est en train de se désintégrer

Dans une étude parue dans The Astronomical Journal et consultable sur arXiv, des chercheurs de l’Université Cornell ont observé les changements de la planète via le télescope TESS de la NASA, qui a été spécialement conçu pour observer les transits et les occultations. TESS a ainsi étudié la région du ciel dans laquelle se trouvait WASP-12b à partir du 24 décembre 2019 jusqu’au 20 janvier 2020.

L’équipe a pu enregistrer 21 transits ainsi que des occultations peu profondes qu’ils ont modélisées pour s’ajuster aux données de TESS. Leur recherche leur a permis de faire une analyse temporelle et de découvrir que l’orbite de WASP-12b est actuellement en décomposition.

A lire aussi : On a trouvé une nouvelle manière de chercher des exoplanètes

Les scientifiques ne donnent pas plus de 2,9 millions d’années à WASP-12b

Avant cette étude, une équipe d’astronomes de l’Université de Princeton avait également étudié les transits et les occultations de WASP-12b. Ils ont découvert que non seulement WASP-12b était très chaude, avoisinant les 2.600 degrés Celsius, mais en plus, qu’elle absorbait 94% de toute la lumière qui la touchait, la rendant plus noire que l’asphalte.

Ces chercheurs de Princeton ont aussi déjà découvert que les occultations de la planète s’accéléraient, provoquant une désintégration orbitale de 29 millisecondes par an. Et ils avaient ainsi estimé que WASP-12b ne disparaîtrait pas avant 3,25 millions d’années environ.

A lire aussi : La Voie lactée abriterait environ 300 millions d’exoplanètes susceptibles d’accueillir la vie

Néanmoins, cette dernière étude des scientifiques de l’Université de Cornell a revu ces estimations à la baisse. Ils ont effectivement découvert que la planète se décomposait beaucoup plus vite que prévu, soit à un rythme de 32,53 millisecondes par an et qu’en fait, il ne lui resterait plus que 2,9 millions d’années d’existence. Et même si cela nous semble encore être une éternité, les scientifiques affirment qu’en échelle de temps cosmiques, cela se fera en quasiment un clin d’œil.

Mots-clés exoplanètes