Explosion du mont Vésuve : où sont passés les survivants ?

Le Vésuve est un volcan italien qui a explosé en 79 après JC. Si l’on se réfère aux statistiques, environ 2000 personnes ont péri à cause des gaz toxiques ainsi que des débris brûlants projetés lors de l’explosion. Ces personnes habitaient principalement les villes de Pompéi et d’Herculanum.

Aujourd’hui, on sait que tous les habitants ne moururent pas quand le Vésuve était en fusion. Il reste des survivants, mais on ignore où ils sont passés.

vesuve

Crédits Pixabay

Steven Tuck, chercheur, professeur et titulaire de la chaire de classiques à l’Université de Miami, a décidé de mener sa propre enquête. Grâce aux archives historiques, notamment aux artefacts et aux documents divers, il a réussi à retrouver la trace de certains habitants de Pompéi et d’Herculanum. Jusqu’à aujourd’hui, Tuck poursuit ses investigations.

Invraisemblablement, la majeure partie des habitats de Pompéi et d’Herculanum ont survécu à l’effroyable explosion du mont Vésuve.

Une base de données assez enrichie

Selon Tuck, repérer les destinations des réfugiés était une entreprise énorme, car les archives historiques sont inégales et éparpillées.

Le chercheur américain a eu la bonne idée de créer une base de données regroupant les noms des familles qui, jadis, vivaient à Pompéi et à Herculanum. Cette même base de données lui a permis de vérifier si des noms ressortaient dans d’autres bases de données.

Tel est le cas de Cornelius Fuscus, un des survivants du mont Vésuve.

Cornelius aurait dit aux Romains qu’il venait de la colonie de Pompéi. Apparemment, il aurait habité à Naples avant de rejoindre l’armée. Tuck a aussi retrouvé les traces de la famille Sulpicius.

Tuck s’est même fié aux projets d’infrastructure publique

Lors de ses recherches, Tuck est aussi arrivé à la conclusion que plusieurs femmes et esclaves se sont réinstallés ailleurs après l’explosion du mont Vésuve. Certaines de ces femmes se sont d’ailleurs remariées, à l’instar de Vettia Sabina dont la tombe familiale se situe à Naples. L’inscription « Have » a permis à Tuck de déterminer les vraies origines de la défunte. Have étant un dialecte souvent utilisé à Pompéi.

« Les villes de Pompéi et d’Herculanum ont disparu. Mais le gouvernement construit évidemment de nouveaux quartiers, des aqueducs et des bâtiments publics dans les communautés où les gens se sont installés », a précisé Tuck lors de son interview.