Extraterrestres, élections américaines et Vatican, les révélations de WikiLeaks enflamment la complosphère

WikiLeaks diffuse depuis le début du mois des milliers de messages issus de la messagerie de John Podesta, un ancien conseiller de Barack Obama et l’actuel directeur de campagne de Hillary Clinton. Certains de ces messages font expressément allusion à la vie extraterrestre, pour le plus grand bonheur des complotistes et de tous ceux qui se passionnent pour ces sujets-là.

John Podesta est né à Chicago à la fin des années 40 et il s’est intéressé très tôt à la politique. Démocrate convaincu, il a également exercé plusieurs postes à responsabilité et il a notamment été le chef de cabinet de la Maison Blanche sous Bill Clinton avant de devenir conseiller de Barack Obama.

ET USA

Les extraterrestres semblent bien partis pour s’incruster dans la campagne présidentielle américaine.

Il occupe à l’heure actuelle le poste de président du Center for American Progress, un think thank basé à Washington et il est également chargé de la campagne électorale de Hillary Clinton.

John Podesta s’est toujours passionné pour la vie extraterrestre

Accessoirement, John Podesta se passionne aussi pour tous les sujets en lien avec la vie extraterrestre et il ne s’en est d’ailleurs jamais caché. En février 2015, il avait ainsi indiqué dans un tweet que son plus grand échec était de ne pas avoir réussi à rendre publics les dossiers gouvernementaux en lien avec ces problématiques.

Personne ne sait comment WikiLeaks a procédé, mais le site est parvenu à se procurer une copie de tous les courriels stockés sur sa messagerie Gmail. Fidèle à ses habitudes, il les a publiés en ligne afin que les internautes puissent les consulter à leur guise.

Certains de ces messages ont évidemment trait à l’existence des extraterrestres. C’est notamment le cas du message envoyé par Edgar Mitchell l’année dernière.

Ce nom vous rappelle sans doute quelque chose et c’est tout à fait normal, car cet astronaute a travaillé pendant de longues années pour la NASA et il a notamment été le pilote du module lunaire Antares pour la mission Apollo 14. Il a d’ailleurs été le sixième homme à poser le pied sur la Lune et il a séjourné là-bas pendant près de deux jours avant de regagner le plancher des vaches.

Il avait notamment fait parler de lui en 2011 lorsqu’il avait cherché à vendre aux enchères la caméra utilisée sur place. La NASA avait porté plainte contre lui.

Mais Edgar Mitchell n’était pas uniquement un astronaute, il était aussi un ufologue convaincu et il prétendait même avoir de nombreuses informations sur les civilisations extraterrestres, ce qui transparaît d’ailleurs dans son message :

“Cher John,

Alors que la guerre dans l’espace est proche, j’ai voulu te prévenir par rapport à certains faits avant notre conversation sur Skype.

Souviens-toi que des extraterrestres non hostiles provenant de l’univers voisin sont prêts à nous aider avec des technologies permettant de maîtriser l’énergie du point zéro sur Terre.

Ils ne supporteront cependant aucune action de guerre ni sur Terre, ni dans l’espace.”

Le message n’en reste pas là et il fait également mention d’une certaine Carol Rosin. Une fois encore, il ne s’agit nullement d’une inconnue puisque cette dernière a travaillé pendant plusieurs années avec Wernher von Braun et donc avec l’inventeur de la fusée V2 grâce à laquelle les Américains ont pu prendre l’avantage durant la conquête spatiale.

Ufologue convaincue elle aussi, elle a fait plusieurs apparitions à la télévision pour évoquer la vie extraterrestre. Une d’entre elles figure à la fin de l’article.

Le Vatican serait au courant, forcément

Ce n’est évidemment pas le seul message qui fait allusion aux aliens. Dans une autre correspondance, Mitchell parle ainsi de Terri Mansfield, présentée comme une “collègue catholique” détenant la preuve que le Vatican est au courant de l’existence des extraterrestres. Intéressant, d’autant que ce dernier dispose de son propre observatoire astronomique, un observatoire situé à Castel Gandolfo, au sud de Rome.

En 2015, le cardinal José Gabriel Funes avait d’ailleurs laissé entendre à l’AFP qu’il n’avait rien contre l’idée d’une vie extraterrestre. Ce religieux est notamment connu pour être le directeur de cet observatoire.

Cela ne devrait pas vous surprendre, mais ces courriers ont été rapidement repris par la complosphère. En revanche, il semblerait que ces messages soient tous les deux restés lettre morte.

En attendant, les extraterrestres semblent bien partis pour s’incruster dans la campagne présidentielle.

Preuve en est, en avril, alors qu’il était invité sur le plateau de CNN, John Podesta avait indiqué que Hillary Clinton demandera la déclassification de tous les documents détenus par le gouvernement américain au sujet des extraterrestres et notamment de la zone 51.