Face à la taxe « Trump », Google ferait désormais assembler ses smartphones au Vietnam

On le sait, le contexte commercial est très tendu entre les USA et la Chine. Le premier, dirigé par Donald Trump, a mis en place une taxe d’importation élevée pour les produits venus du second. Une décision qui touche les firmes faisant assembler des produits en Chine pour les faire venir aux USA, accusant un coût supplémentaire. Mais ce n’est pas le seul chapitre difficile entre les deux pays puisque les États-Unis ont mis en sursis Huawei, constructeur chinois accusé d’espionnage et numéro deux sur le marché des smartphones. Aujourd’hui, nouvelle étape franchie dans cette guerre commerciale si l’on en croit 9to5google.

Google, fabriquant des smartphones Pixel, aurait décidé de ne plus les assembler en Chine, mais au Vietnam, pour éviter la taxe.

google_pixel

Un déplacement de la production qui risque de faire couler beaucoup d’encre.

Entre Google et la Chine, ce serait terminé

La Chine a beau être une puissance mondiale, la main-d’oeuvre y est peu coûteuse. Résultat, les multinationales font souvent assembler les produits là-bas avant de les exporter à travers le monde – Apple en est le parfait exemple. Mais Google passe également par ce système qui semble agacer Donald Trump, l’actuel président des USA, en pleine guerre commerciale avec la Chine. Sans oublier que l’homme souhaite que les emplois dégagés par ce secteur reviennent aux États-Unis.

Et alors qu’Apple commence à quitter progressivement la Chine pour l’Inde, échappant donc à la nouvelle taxe d’importation « Trump » entre l’Empire du Milieu et les USA, Google aurait décidé de suivre le mouvement.

Comme nous l’apprend Nikkei, relayé par 9to5google, ses smartphones Pixel seraient désormais assemblés au Vietnam. Un pays dans lequel se trouve également Samsung, leader du milieu de la téléphonie.

Grâce à cette stratégie permettant d’éviter la taxe « Trump », Google souhaiterait augmenter la production de ses Pixel pour atteindre 8 à 10 millions d’ici la fin de cette année. Un moyen pour le géant de renforcer sa position sur le secteur très concurrentiel de la téléphonie où ses smartphones ont parfois du mal à se faire une place – malgré une qualité au rendez-vous.

Reste à savoir si les autres firmes tech américaines suivront ce même chemin pour éviter la taxe « Trump ».