Face aux menaces du gouvernement Trump, TikTok prend la parole

La tension monte d’un cran entre le gouvernement chinois et les Etats-Unis. Donald Trump poursuit ses offensives à l’encontre des entreprises venues de Chine, et notamment TikTok. Car le gouvernement américain accuse le Parti communiste chinois de pratiquer un espionnage à grande échelle par le biais de ses entreprises. Huawei fut l’une des premières cibles des USA, puisque la société ne peut plus proposer les applications Google sur ses smartphones. Et depuis plusieurs jours, c’est TikTok qui est dans le viseur de Donald Trump, qui demande à Microsoft de racheter la firme chinoise.

Et alors que Donald Trump souhaite que TikTok soit interdit aux USA, si un rachat n’a pas lieu, l’application a décidé de répondre.

Crédits : Kon Karampelas – Pixabay.com

C’est à travers un communiqué officiel que TikTok s’est exprimé à propos de la situation actuelle.

À ne pas louper : Les Galaxy Note 20 sont disponibles en précommande

TikTok prend la parole suite aux accusations de Donald Trump

Plusieurs gouvernements souhaitent tourner le dos à la Chine, et plus précisément TikTok. Car depuis peu, l’application est interdite en Inde suite à un conflit armé avec la Chine à la frontière himalayenne. Un boycott que souhaite également appliquer les USA, alors que Donald Trump demande l’interdiction de TikTok sur le territoire. Une application de courtes vidéos ultra populaire chez les jeunes du monde entier.

TikTok a donc décidé de réagir dans un communiqué publié sur son site. L’application, détenue par ByteDance, se dit “outrée” par le décret de Donald Trump visant à l’interdire, mais également WeChat, messagerie chinoise. TikTok se défend donc en expliquant que “depuis environ une année, nous avons tenté de montrer notre bonne foi au gouvernement américain pour apporter une solution concrète aux inquiétudes qui ont été partagées“.

TikTok poursuit, expliquant que “nous avons remarqué que l’administration ne faisant pas attention aux événements, dicte les termes d’un accord sans passer les habituelles procédures juridiques” et “tente d’entrer en ligne de compte dans les négociations avec des entreprises privées“.

Le réseau social explique également ne pas collecter les données privées des utilisateurs, accusation revenant régulièrement sur le tapis, pour le Parti communiste chinois. TikTok, épinglé par iOS 14 pour voler le contenu du presse-papier des utilisateurs, fait également part de son souhait de déposer plainte devant les tribunaux américains. La société accuse l’Etat de bafouer ses droits mais également ceux de ses utilisateurs avec une interdiction possible sur le territoire.