Facebook : 3700 € d’amende pour 6 likes

Facebook se retrouve une nouvelle fois au cœur d’une étrange affaire. Contre toute attente, un tribunal suisse a en effet condamné un Zurichois âgé d’une quarantaine d’années à une amende de 3700 € pour avoir liké six commentaires jugés comme étant diffamatoires. Moralité, votre prochain like pourrait bien vous coûter cher.

Vereins gegen Tierfabriken (VgT) est une association peu connue en France, mais elle a acquis une certaine popularité en Suisse durant ces dernières années.

Like Facebook

Elle livre en effet depuis les années 2000 un combat acharné pour défendre la cause animale et elle s’est opposée à plusieurs reprises aux usines d’animaux en organisant des opérations coups de poing.

Une affaire qui remonte à 2015

Erwin Kessler, son président, s’est cependant retrouvé au cœur d’une véritable polémique un peu plus tôt dans l’année. Plusieurs personnes l’ont en effet accusé d’entretenir des relations privilégiées avec des négationnistes reconnus et des néo-nazis.

Suite à ces révélations, de nombreuses associations ont décidé de mettre un terme à leurs rapports avec VgT.

Le Zurichois au centre de cette nouvelle affaire est lui aussi un vegan convaincu, mais il ne porte pas Erwin Kessler dans son cœur et il l’a fait savoir à plusieurs reprises sur les réseaux sociaux. Et notamment sur Facebook, où l’homme semble être très présent.

En 2015, notre ami a donc liké pas moins de huit commentaires publiés sur des groupes liés à la défense de la cause animale, des commentaires s’en prenant directement au président de VgT.

Erwin Kessler est tombé lui aussi sur ces messages et il n’a apprécié les multiples clins d’œil de son opposant. Loin de là. Il a effectivement décidé de le poursuivre devant les tribunaux. Pour lui, ces likes ne sont pas franchement anodins. Ils prouvent en effet que son opposant a validé ses contenus et qu’il a en plus cherché à leur faire gagner en visibilité.

Les likes peuvent aussi avoir un caractère diffamatoire

Seul problème, les contenus en question faisaient allusion à une ancienne affaire datant de 1998. À l’époque, Erwin Kessler avait en effet tenu des propos très durs envers l’abattage rituel et il avait alors été poursuivi pour racisme. Toutefois, la justice avait jugé que la plainte n’était pas fondée.

En conséquence, le tribunal de Münchwilen s’est rangé du côté de l’accusation et il a ainsi approuvé le caractère diffamatoire de ces messages et de tous les likes associés. Il a donc condamné le Zurichois à une amende de 4000 CHF, soit à environ 3700 €. La peine est dure, mais il faut tout de même signaler que l’amende est assortie de sursis et l’accusé n’aura donc pas à verser cette somme au plaignant.

Ceci étant, l’affaire créée tout de même un précédent et elle prouve finalement qu’un like n’a rien d’un geste innocent. Pas aux yeux de la loi, en tout cas.

Mots-clés facebookweb