Facebook a censuré la publicité d’un libraire

Les algorithmes de Facebook ont décidément du mal à gérer le rapport entre œuvres d’art et nudité. On se rappelle qu’en 2011 le réseau social avait censuré la publication d’un internaute qui avait posté une image de « L’Origine du monde », le tableau de Gustave Courbet, qui montre la nudité d’une femme.

L’internaute avait alors assigné Facebook pour « atteinte à la liberté d’expression ». Cette fois-ci, c’est un libraire qui a subi la rigueur du robot du réseau social.

facebook-wifi

Une librairie que le robot de Facebook n’aime apparemment pas

Avec ces deux milliards d’utilisateurs depuis fin juillet 2017, les éditeurs ont de plus en plus recours aux outils publicitaires de Facebook pour promouvoir leurs produits culturels. C’est donc sans surprise que la librairie Livres-anciens.fr, animée par Frédéric Douin, a tenté d’utiliser les services du réseau social pour faire la promotion de ses produits. Sauf que les choses ne se sont pas du tout passées comme prévu.

En effet, après que l’éditeur ait tenté de lancer une campagne publicitaire, il a été surpris de recevoir la réponse suivante : « Votre publicité ne doit pas promouvoir des produits ou des services sexuels ou destinés aux adultes ».

Étrange ! Puisque comme le souligne Frédéric Douin : « Je voulais simplement promouvoir cette vidéo, qui présente une superbe collection sur l’histoire des voyages ». En effet, on le constate, la vidéo ne semble laisser absolument aucun doute, elle ne contient aucune trace de nudité ni de contenu pour adultes. Chose que le robot de Facebook devrait être à même de déterminer. Pire encore, toutes les publicités pour les ouvrages anciens du libraire se sont systématiquement vues refuser. Mais quel est donc le problème ?

Un petit bout de nudité à l’origine du problème

Le libraire a alors entamé de longs échanges avec Facebook mi-janvier pour tenter de comprendre ce qu’il en était. Il a du attendre plusieurs semaines pour enfin avoir la réponse : « On vient de sombrer dans le ridicule : après cinq échanges avec des interlocuteurs semi-robots quart humains je viens de comprendre que c’est mon logo qui affiche de la nudité… et c’est pour cela qu’ils me refusent toutes mes publicités payantes. », explique t-il.

Tout s’explique donc ! Le logo de Livres-anciens.fr montre en effet quatre pixels qui représentent un mamelon. Et voilà ce qui n’a pas plus au robot de Facebook et qui l’a amené à rejeter toutes les publicités de Frédéric Douin. Sauf que comme c’est un robot, il n’a pas su expliquer cela dès le début !

Mots-clés facebookweb