Facebook a encore censuré une vidéo de naissance

Facebook a souvent la main lourde en matière de modération et c’est précisément ce que prouve cette nouvelle histoire. Le service a en effet censuré une vidéo de naissance extrêmement populaire la semaine dernière. L’affaire a fait scandale.

Facebook applique des conditions d’utilisation extrêmement strictes. L’entreprise interdit bien entendu les contenus illégaux, haineux, racistes ou incitant à la violence, mais également tout ce qui a trait à l’érotisme ou à la pornographie.

facebook-wifi

Elle se fait ainsi un devoir de supprimer les photographies ou les vidéos présentant des organes génitaux ou des fesses, mais également certaines images de poitrines féminines.

Facebook encore critiqué pour une affaire de censure

Facebook applique cependant la règle de l’exception pour certains contenus et la plateforme autorise par exemple les photos de femmes défendant l’allaitement ou encore celles montrant des cicatrices laissées par des mastectomies. De même pour les photos d’art présentant des sculptures ou même des peintures.

Nicole Monet ne fait ni dans l’érotisme ni dans la pornographie bien sûr. Basée à Denver, cette photographe s’est en effet spécialisée dans la photo de naissance et elle accompagne ainsi les couples désireux de garder une trace indélébile de ce qui est sans doute l’un des moments les plus importants de leur vie.

Titulaire d’une maîtrise en beaux arts, elle se passionne depuis longtemps pour l’art noble et délicat de la photo et elle a choisi de s’installer à son compte afin d’accompagner les couples de sa région.

Extrêmement talentueuse, elle a signé des centaines de portraits durant les années précédentes, des portraits intenses en émotions.

En mai dernier, Nicole a réalisé un montage vidéo composé de plusieurs séquences capturées sur le terrain, des séquences se focalisant sur les quelques secondes suivant le moment de la délivrance. La vidéo a rencontré un succès foudroyant et elle a été vue un peu plus de cent millions de fois en l’espace de quelques semaines, propulsant du même coup l’artiste sur le devant de la scène.

La vidéo a été supprimée sept mois après sa publication

Puis, la semaine dernière, en se connectant à son compte, Nicole a eu la désagréable surprise de se retrouver face à un message d’avertissement signé de la main des modérateurs de la plateforme.

La vidéo réalisée par ses soins avait été supprimée pour violation des normes de la communauté et son compte désactivé.

Nicole est bien entendu tombée des nues, d’autant que la séquence ne comportait aucune scène de nudité.

L’artiste a donc pris sa plus belle plume et elle est revenue sur cette histoire dans un billet de blog. Le message a été immédiatement partagé par de nombreux internautes et l’affaire s’est rapidement retrouvée à la une de plusieurs médias anglo-saxons.

Hasard ou pas, Facebook a réactivé la vidéo et le compte de la photographe hier en fin d’après-midi tout en adressant un message d’excuse à la photographe.

Il est parfaitement légitime pour un réseau social comme Facebook de chercher à protéger ses utilisateurs des images violentes ou choquantes. Toutefois, dans ce cas précis, on peut raisonnablement se demander ce qui a poussé les modérateurs de la plateforme à censurer une vidéo se focalisant sur des moments d’une telle force.

Cette vidéo n’a en effet rien de suggestif ou d’explicite et elle sonne davantage comme une ode à la vie.

Mots-clés facebookweb