Facebook a fermé par erreur la page de “La Gauche m’a tuer”

Facebook commet parfois des erreurs et c’est précisément le cas ici. Les modérateurs du service ont en effet fermé le compte de la page “La Gauche m’a tuer” par erreur pendant presque un mois. Tout est rentré dans l’ordre depuis.

Facebook a souvent la main lourde en matière de modération et le système de modération de la plateforme est ainsi loin d’être à une fiabilité à toute épreuve.

facebook-wifi

Lorsque le service ne censure pas des œuvres d’art, elle bloque les campagnes publicitaires présentant des mastectomies, et ce alors même que ces contenus sont parfaitement tolérés dans les conditions d’utilisation de la plateforme.

La page de “La Gauche m’a tuer” fermée par Facebook

Le problème, bien sûr, c’est que Facebook laisse souvent passer des contenus violents ou extrémistes, comme les vidéos de ce pro-Daech ou encore cette vidéo pédopornographique.

Cette fois, l’entreprise américaine s’en est donc pris à la page du site d’extrême-droite “La Gauche m’a tuer”, une page suivie par un peu plus de quatre cent cinquante mille abonnés.

Très controversée, cette page a été accusée à plusieurs reprises de véhiculer des contenus racistes ou xénophobes. Mike Borowski, le responsable du site, ne voit cependant pas les choses de la même manière et il voit ainsi son site comme un média d’opinion de droite.

Facebook a pour sa part considéré que la page enfreignait ses conditions et l’entreprise a ainsi suspendu la page le 26 janvier dernier, plongeant de ce fait le site et son éditeur dans une situation peu enviable.

Le créateur du site envisage une action

D’après le créateur du site, le réseau social américain représenterait en effet une part importante de son trafic et donc de ses revenus.

En conséquence, Mike Borowski s’est rapproché de son avocat afin de déposer un référé devant le tribunal de commerce pour contraindre Facebook à rouvrir la page incriminée. La procédure n’a cependant pas eu besoin d’être menée à son terme puisque cette dernière a refait surface avant la prise en considération du référé. Facebook, de son côté, a évoqué une simple erreur.

Selon Me Cuignache, l’avocat chargé de l’affaire, l’entreprise américaine aurait procédé à une réouverture en urgence pour éviter les poursuites. Toutefois, il a fait savoir que son client n’avait pas l’intention d’en rester là et il réfléchit ainsi à lancer une nouvelle action au titre du préjudice commercial subi par l’entreprise.

Mots-clés facebookweb