Facebook a permis à une autostoppeuse d’échapper à son violeur

Alors que les réseaux sociaux sont souvent pointés du doigt pour inciter à la violence, il arrive qu’ils permettent également de sauver des vies.

Davine Arckens, une jeune autostoppeuse belge, peut en témoigner : séquestrée et violée pendant des jours, elle avait finalement pu échapper à son agresseur… grâce à Facebook.

facebook-wifi

Crédits Pixabay

Cette histoire terrible s’est passée il y a deux ans en Australie : Davine, 24 ans, était à la recherche d’un petit boulot le temps de quelques semaines. Elle avait posté une annonce sur un site web, et Gene Bistrow, un fermier de 54 ans, y a rapidement répondu.

Bistrow lui avait proposé de venir travailler dans sa ferme et s’occuper de ses porcs… mais c’est un tout autre sort qu’il avait en tête pour la jeune femme.

Séquestrée dans un hangar à porcs

Aujourd’hui libérée de son agresseur, Davine raconte que Gene Bistrow est venu la chercher à la gare routière. Elle raconte également qu’il s’était jeté sur elle dès qu’ils se sont retrouvés à la ferme, puis qu’il l’avait enchaîné dans son hangar à porcs, avant de l’agresser sexuellement.

Davine avait bien essayé de se défendre au début, mais Bistrow avait pointé une arme sur elle. « Je pensais que c’était fini », confie la jeune femme lors d’une émission TV australienne. « Alors, j’ai abandonné parce que je pensais que si je continuais à me battre, il me tirerait dessus. Alors, j’ai arrêté. »

Un message à l’aide sur Facebook

Mais comment Davine a-t-elle pu être sauvée grâce à Facebook ? En véritable amateur, Bistrow n’a pas eu l’idée de confisquer le sac à dos de la jeune femme… où se trouvait son ordinateur portable, ainsi qu’un périphérique USB WiFi portable.

Laissée seule dans le hangar, Davine s’en est tout simplement servie pour se connecter sur Internet et alerter ses proches sur Facebook.

La police n’a pas tardé à être informée de la situation et grâce aux indications données par Davine, ils ont pu repérer la ferme et venir sauver la jeune fille. C’était en février 2017. Ce n’est que deux ans plus tard, au mois de mars dernier, que Bistrow est finalement condamné par un jury. Le fermier a été déclaré coupable d’enlèvement, de viol, d’attentat à la pudeur et de tentative de viol.

Mots-clés facebook