Facebook décide de bannir les comptes qui invitent à ne pas se faire vacciner

Le monde traverse une crise inédite avec l’actuelle pandémie de COVID-19. Avec une barre symbolique d’un million de morts sur Terre, le virus impose aux gouvernements des mesures drastiques. Des couvre-feux dans certains pays, une distanciation sociale obligatoire en plus du port d’un masque chirurgical, des cinémas qui ne peuvent pas accueillir les spectateurs en nombre, etc. Pour enrayer la pandémie de COVID-19, plusieurs laboratoires à travers le monde planchent sur un vaccin pour que la vie puisse reprendre, après des mois intenses, mais une situation loin d’arriver à son terme.

Pourtant, malgré le salut que représente un vaccin, certaines voix s’élèvent contre.

Un écran e téléphone avec le logo de Facebook

Photo de Gerd Altmann. Crédits Pixabay

Des antivax qui font de la promotion pour ce mouvement de pensée sur les réseaux sociaux, dont Facebook.

La promotion antivax n’est pas bienvenue sur Facebook

C’est en tout cas ce qu’annonce le réseau social avec une nouvelle règle. Toute publication qui pourrait encourager les gens à ne pas se faire vacciner entraînera des conséquences. Facebook explique précisément que “désormais, si une publicité décourage explicitement la vaccination d’une personne, nous la bannirons“. Le message a de quoi être limpide et s’amorce avant la venue future d’un vaccin contre le COVID-19, en pleine pandémie.

Plusieurs groupes continuent tout de même à exister, certains fermés, encourageant le refus de la vaccination. Une position difficilement tenable en pleine pandémie, alors que le salut se trouve dans un vaccin qui permettrait à la vie de reprendre. Parmi les antivax, on trouve des personnes accusant Bill Gates, fondateur de Microsoft, d’être derrière l’actuelle situation. D’autres pensent également que le vaccin permettra de traquer les citoyens avec une puce sous-cutanée, et qu’il s’agit d’une vaste machination.

Des propos légèrement conspirationnistes qui désespèrent plusieurs médecins et spécialistes. Car en refusant le vaccin, certains font barrage à une immunité collective contre le COVID-19. Sans oublier que Facebook, souvent critiqué pour son ingérence, veut faire bonne figure en traitant le mal sur ses plates-formes.

Sans oublier que les élections étasuniennes auront lieu le 3 novembre prochain, entre Donald Trump pour les républicains, Joe Biden pour les démocrates. Le premier et actuel dirigeant des USA a plusieurs fois fait savoir qu’il ne craint pas le COVID-19.