Facebook décide de ne plus afficher les publicités de médias financés par des Etats

Facebook navigue en eaux troubles depuis les récents scandales autour de Cambridge Analytica, qui aura siphonné les données de millions d’utilisateurs pour influencer les élections présidentielles américaines et le Brexit. Sans oublier que Mark Zuckerberg se refuse à modérer les propos de Trump, malgré les nombreuses demandes des cadres de la société. Aujourd’hui, histoire d’éviter les ingérences qui avaient amené le PDG de Facebook devant le Congrès américain, ce sont de nouvelles mesures autour des publicités qui ont été annoncées sur le blog du réseau social.

Ces dernières, lorsqu’elles sont postées par des médias financés par des États, seront bloquées.

Un moyen pour Facebook d’éviter les ingérences alors que les élections présidentielles américaines approchent.

Des blocages pour les publicités potentiellement orientées

Ce sont l’ensemble des plates-formes de Facebook, donc Instagram et WhatsApp, qui sont concernées par cette nouvelle mesure. À l’approche des élections présidentielles américaines, les publicités de médias financées par un État ou du moins contrôlés d’un point de vue éditorial seront bloquées. C’est dès cet été que ces blocages auront lieu même si Facebook assure que peu d’États américains font de la publicité sur le territoire. Pour Facebook, il est nécessaire d’éviter un nouveau scandale après Cambridge Analytica. Sans oublier que de nombreuses enquêtes sur l’ingérence russe pour mettre Trump au pouvoir ont eu lieu.

Nous faisons preuve d’une plus grande transparence sur ces éditeurs, car ils ont l’influence d’un organisme de presse avec un soutien de la part d’États, et pensons que les gens doivent savoir si ces informations reçues viennent d’une publication qui peut éventuellement être sous influence.

Avec cette modération du contenu publicitaire, Facebook souhaite « une protection supplémentaire contre les différentes ingérences étrangères dans le débat public« . C’est Nathaniel Gleicher, directeur des règlements sur la cybersécurité chez Facebook, qui est à l’origine de la communication de ce nouveau filtrage renforcé.

L’objectif pour la société est bien évidemment de s’acheter une nouvelle image en étant irréprochable d’un point de vue de potentielles ingérences. Et avec les prochaines élections, le climat social très tendu aux USA, Facebook va devoir faire ses preuves. Pour rappel, le très polémiste Donald Trump tente un second mandat après une présidence très décriée.

Mots-clés facebookpublicité