Facebook est en train de s’attirer les foudres des naturistes

Facebook fait l’objet de nombreuses critiques depuis le début de l’année et la situation n’est apparemment pas près de se calmer. Le réseau social vient de se faire de nouveaux ennemis après avoir censuré les comptes de plusieurs associations naturistes, notamment celui de l’Association des naturistes de Paris.

La censure de ces comptes s’est faite sans préavis de la part de Facebook, ce qui a provoqué la colère de nombreux naturistes.

Face ce qu’il estime être une injustice, Julien Claudé-Pénégry a tenu à s’exprimer sur la plateforme pour faire part de son mécontentement.

Malgré les protestations de nombreux naturistes, les conditions générales d’utilisation (CGU) de Facebook sont claires et le réseau social ne fera d’exception pour personne.

Les naturistes tiennent tête à Facebook

Julien Claudé-Pénégry a utilisé son compte personnel pour se faire entendre via Facebook. Selon lui, la censure dont est victime l’Association des naturistes de Paris est complètement injustifiée :

« Alors que les CGU sont respectées, que le naturisme n’enfreigne aucunement la bienveillance puisque c’est un art de vivre et une philosophie de vie partagée par des dizaines de millions de personnes à travers le monde, Facebook en fait la chasse dans les moindres recoins de ces réseaux sociaux (Instagram compris). »

Il poursuit sur sa lancée en déclarant que Facebook « tue ceux qui cherchent à tisser du lien, à se construire, à rassembler ce qui est épars. » Selon lui, « un corps nu n’est pas tabou. Un corps nu n’est pas honteux. Un corps nu n’est pas de la pornographie. »

Facebook campe sur ses positions

Entre les deux parties s’engage un dialogue de sourds, car de son côté, Facebook n’est pas près de céder. Ses conditions générales d’utilisation stipulent clairement qu’il ne veut pas « de parties génitales visibles, hors contexte d’accouchement ou de moments post-accouchement, ou de situations liées à la santé. »

Cela est aussi valable pour « un anus visible et/ou un gros plan sur de fesses entièrement exposées sauf s’il s’agit d’un montage sur une personnalité publique. » Face à l’intransigeance de Facebook, tous les naturistes pourraient bien migrer vers Twitter.

Ce réseau social accepte en effet « la nudité pleine ou partielle incluant les gros plans d’organes génitaux, de fesses ou de poitrines. »

Mots-clés facebookweb