Facebook est exclu du sommet de la Maison Blanche sur les médias sociaux

Le 11 juillet prochain se tiendra un important sommet organisé par la Maison Blanche qui porte sur les  médias sociaux. Un porte-parole avait indiqué que cet événement « rassemblerait les dirigeants numériques pour une conversation approfondie sur les opportunités et les défis de l’environnement en ligne d’aujourd’hui. »

Facebook a cependant annoncé ne pas avoir été invité au sommet.

Crédits Pixabay

Il s’agit d’une nouvelle étonnante, quand on sait que Facebook est le numéro un des plateformes sociales avec plus de 2 milliards d’utilisateurs à travers le monde. Le nom du sommet suggère pourtant qu’il portera sur les différentes opportunités et les challenges encore à relever dans le secteur du digital.

De nombreuses personnalités invitées au sommet ont partagé des photos de leur invitation qui indique que le sommet débutera à 15 heures ce jeudi.

Quand politique et réseaux sociaux font bon ménage

La Maison Blanche a refusé de donner la liste officielle des participants à ce grand sommet qu’elle organisera dans le courant de la semaine. Toutefois, la plupart des adeptes du monde numérique agissant sur les médias sociaux seront bel et bien au rendez-vous. Parmi les participants figure Bill Mitchell, un célèbre animateur d’émission sur les réseaux et fidèle partisan de Trump.

Mais pourquoi cette réunion ? Il faut savoir que ces dernières années, les médias sociaux ont été un levier indispensable pour les personnalités politiques. Ces derniers n’ayant de cesse d’user du pouvoir des réseaux sociaux pour faire valoir leur cause. Donald Trump lui-même a affirmé que c’est en grande partie grâce aux plateformes telles que Facebook et Twitter qu’il a pu être élu.

Pour ou contre Facebook ? Trump se contredit

Autant Donald Trump affirme avoir réussi à remporter les élections présidentielles grâce à Facebook et Twitter, autant il ne cesse pourtant d’attaquer ces derniers. Le président américain affirme entre autres que ces plateformes sont corrompues par les démocrates.

« Facebook, Google et Twitter sont tellement du côté des démocrates de gauche radicale », avait-il notamment affirmé… sur Twitter.

De leur côté, les trois firmes nient toute implication politique d’aucune sorte. Alors que Facebook a annoncé ne pas avoir été invité au sommet, Twitter a quant à lui refusé d’en parler, tandis qu’Alphabet, la maison mère de Google, n’a encore rien laissé filtrer sur le sujet.

Mots-clés facebook