Facebook et Twitter suppriment tout compte douteux lié à l’Iran, la Russie et le Venezuela

Les réseaux sociaux Facebook et Twitter ont fait un grand ménage sur leurs plateformes. En effet, ils ont supprimé des milliers de comptes et de pages en rapport avec l’Iran et qui tendent à influencer l’opinion publique sur la politique d’autres pays.

Cette initiative est la dernière mesure prise par les entreprises de médias sociaux pour lutter contre les infox.

Le jeudi 31 janvier 2019, Facebook avait effectivement annoncé la suppression de non moins de 783 comptes, pages et groupes identifiés comme ayant un « comportement inauthentique coordonné ». Selon le réseau social, ces comptes, pages et groupes tenus par des utilisateurs avec de fausses identités ou des identités volées, ont orchestrées des campagnes de désinformation.

Ces dernières ont généralement pour objectif de semer la zizanie ans des certains pays bien déterminés.

Une collaboration pour assainir les plateformes

Le même jeudi 31 décembre, Twitter a également déclaré qu’il avait supprimé 2.617 comptes d’utilisateurs identifiés comme « malveillants » liés à l’Iran depuis août 2018. De plus, le réseau social à l’oiseau bleu a aussi supprimé des comptes en rapport avec la Russie, au Bangladesh et au Venezuela.

Le responsable de la sécurité de Facebook, Nathaniel Gleicher, a expliqué que Facebook a pris conscience du problème après que Twitter ait annoncé la découverte de comptes reliés à l’Iran. Un représentant de Twitter a d’ailleurs déclaré que les deux réseaux sociaux collaborent pour identifier ces comptes douteux.

Selon Gleicher, le secteur du réseautage social devrait développer davantage ce type de collaboration.

Lutter contre les infox et regagner la confiance des utilisateurs

Justement, Yoel Roth, le responsable de l’intégrité chez Twitter, a écrit dans une note de blog que Twitter continuera à collaborer avec les autres entreprises technologiques pour lutter contre les activités malveillantes sur les réseaux sociaux.

Cette suppression de comptes fait partie d’une grande initiative de Facebook et Twitter pour mieux contrôler les contenus présents sur leurs plateformes. En effet, les deux réseaux sociaux ont essuyé pas mal de critiques pour avoir laissé de fausses informations se répandre sur leurs plateformes lors de l’élection présidentielle américaine de 2016. Depuis, Facebook cherche à regagner la confiance de ses utilisateurs après une série d’autres scandales liés à la politique de protection et de confidentialité des données de ses utilisateurs.

Mots-clés facebooktwitter