Facebook et Vkontakte sont envahis par des groupes de la mort provoquant des suicides en chaîne

Facebook et Vkontakte ont vu émerger ces dernières semaines plusieurs groupes privés d’un genre assez particulier. Baptisés « groupes de la mort », ils encouragent en effet les enfants et les adolescents à commettre des actes d’automutilation et même dans certains cas à se suicider, le tout au travers de jeux particulièrement malsains.

Vkontakte n’est pas très connu en France ou même en Europe et c’est assez logique, car la plateforme est née en Russie, sous l’impulsion d’un certain Pavel Durov.

Groupes de la mort

Plusieurs groupes de la mort ont ouvert leurs portes sur les réseaux sociaux.

Elle est arrivée sur le marché en 2007, soit trois ans après Facebook. Cela ne l’a cependant pas empêché de trouver sa place sur le marché et il compte ainsi plusieurs centaines de millions d’utilisateurs à son actif.

Vkontakte et Facebook envahis par des groupes de la mort

Vkontakte est également très bien implanté en Ukraine, mais il se trouve depuis plusieurs semaines dans le collimateur de la police ukrainienne. Lui, ou plutôt certains groupes privés officiants sur la plateforme.

Ces derniers se font appeler « groupes de la mort » et ils semblent faire de plus en plus d’adeptes à travers l’Europe de l’Est.

D’après les informations communiquées par les enquêteurs, ces fameux groupes tiendraient de la secte et ils n’auraient qu’un seul objectif : pousser les enfants et les adolescents les plus fragiles au suicide.

Le mode opératoire est toujours le même. Les administrateurs de ces groupes ciblent des adolescents mal dans leur peau et ils les persuadent que le monde actuel ne leur offrira jamais rien de bon. Ensuite, ils leur révèlent l’existence d’un autre mode où ils pourraient devenir des élus… à la condition expresse de réaliser des défis très particuliers.

D’après l’enquête menée par le Novaya Gazetta, un média russe, ces fameux groupes seraient liés à environ 130 suicides d’adolescents commis entre 2015 et 2016. Leur existence aurait ensuite été révélée suite au décès tragique d’une certaine Rina.

Ils poussent les adolescent(e)s fragiles au suicide

Les Russes et les Ukrainiens ne sont pas les seuls touchés, bien entendu. Selon la police russe, des groupes privés similaires auraient ouvert leurs portes sur Facebook. Leur mode opératoire serait exactement le même et ils auraient ainsi mis en place un « jeu » similaire baptisé Blue Whale.

Comme pour Vkontakte, ce dernier reposerait sur la réalisation d’une cinquantaine de défis s’échelonnant sur cinquante jours. Pour pouvoir continuer l’aventure, les participants doivent remplir des missions fixées par les tenanciers de ces groupes. Certains sont anodins, d’autres non. S’ils arrivent à remplir tous ces défis, alors ils gagnent le droit de… se suicider et d’accéder ainsi à cet autre monde.

La police ukrainienne a procédé à quelques arrestations, mais ces réseaux n’ont pas été totalement démantelés et certains d’entre eux sont encore en activité. Dans ce contexte, les forces de police appellent les parents à se montrer extrêmement vigilants et à surveiller leurs enfants de près.

Mots-clés facebookvkontakeweb