Facebook forcé de stopper le partage de données avec Whatsapp en Grande-Bretagne

Dans la vie on ne fait pas toujours ce que l’on veut, et Facebook est visiblement en passe de s’en apercevoir. Le réseau social s’est vu interdire la synchronisation des données avec Whatsapp (sa propriété depuis 2014), par le pendant anglais de la CNIL. Un nouveau coup dur pour la plateforme résolument tournée vers l’incorporation de publicités ciblées dans ses différents services.

Il faut dire que le projet n’était clairement pas anodin : les utilisateurs de Whatsapp auraient reçu de la publicité sous forme de SMS envoyés par sociétés sélectionnées. Des annonces rendues possibles grâce à l’échange de certaines données (notamment les numéros de téléphone) entre Whatsapp et Facebook.

whatsapp-facebook

Facebook se voit interdire outre-Manche la synchronisation des données avec Whatsapp

Le Royaume-Uni emboîte donc le pas à l’Allemagne, qui avait annoncé fin septembre une mesure similaire visant à stopper les velléités de Facebook en termes de transferts de données utilisateurs. L’équivalent allemand de la CNIL avait alors expliqué que les accords signés entre le réseau social et son service Whatsapp, ne reposaient sur aucune base juridique viable.

Après l’Allemagne, le Royaume-Uni dit stop

Elizabeth Denham, responsable de la CNIL anglaise, explique dans un communiqué publié lundi dernier : “Je ne pense pas que les utilisateurs aient reçu suffisamment d’informations à propos de ce que Facebook comptait faire de leurs données, et je ne crois pas que Whatsapp ait obtenu le consentement de leurs usagers  pour partager ces informations.

Le message est donc clair, pour elle, Facebook et Whatsapp n’ont pas été suffisamment transparents sur leurs projets en matière de partage de données.

L’intéressée ajoute d’autre part : “Je crois que l’on devrait donner aux utilisateurs un moyen d’avoir le contrôle sur les informations qu’ils acceptent de partager, et non juste une période allouée de 30 jours pour en décider.

Facebook contraint de faire machine arrière

Le réseau social a donc arrêté d’utiliser les informations personnelles des utilisateurs de Whatsapp (en Grande-Bretagne), pour programmer de la publicité ciblée.

Facebook indique en outre que les changements opérés sont en adéquation avec la loi britannique, et assure par ailleurs rester ouvert au dialogue avec l’institution anglaise, décisionnaire en matière de données numériques.

Après l’Allemagne et le Royaume-Uni, on peut imaginer que la France – à son tour – décide de ne pas en rester là, et de mettre un terme aux petits arrangements pratiqués entre Facebook et Whatsapp.

Mots-clés facebookwhatsapp