Facebook poursuit la Commission européenne en justice

Tel est pris qui croyait prendre. L’Union européenne qui mène depuis quelque temps une enquête sur les pratiques antitrust de Facebook fait maintenant l’objet d’un procès intenté par le réseau social. Il s’avère qu’en menant ses investigations, la Commission européenne entreprend des actions qui portent atteinte à la vie privée des salariés de la société californienne. Les membres de l’équipe de Mark Zuckerberg seraient notamment amenés à fournir des informations financières et familiales.

Bien décidé à protéger le droit à l’intimité de ses employés, le géant des réseaux sociaux a déposé une plainte devant la Cour de justice de l’Union européenne. Facebook a en outre fait appel aux compétences du Tribunal général de Luxembourg, le deuxième plus haut d’Europe. La firme demande surtout une suspension temporaire des demandes de données jusqu’à ce que le verdict dans cette affaire soit rendu.

Crédits: Pixabay

De son côté, la Commission européenne a fait savoir sa disposition à défendre sa cause devant les tribunaux du continent.

Des milliers de documents ont été remis à la Commission européenne

Si l’on en croit Tim Lamb, avocat général associé de Facebook, les questions posées par l’autorité de Bruxelles sont bien trop vastes et trop intrusives, obligeant ainsi la firme à fournir des informations qui ne sont pas utiles pour l’enquête. Depuis l’ouverture du dossier, Facebook affirme avoir transmis 315 000 documents, soit 1,7 million de pages à la Commission européenne.

Ces documents comportent cependant plus de 2 500 mots-clés comme «grande question», «arrêter», «pas bon pour nous». Or, ces expressions de recherche sont généralement associées aux informations sur la santé et l’évaluation des performances des employés.

Où en est l’enquête?

Pour l’heure, le régulateur antitrust de l’UE analyse la manière dont le réseau social traite les données personnelles de ses utilisateurs. Il s’agit notamment de déterminer si la firme de Zuckerberg a déjà utilisé et/ou utilise les informations personnelles des abonnés pour se faire de l’argent.

Bruxelles souhaite également s’assurer que la régie publicitaire de l’entreprise californienne respecte les règles de la concurrence. Quoique la Commission européenne décide, la Cour fédérale de justice allemande a déjà jugé que Facebook abuse de sa position sur le marché des réseaux sociaux et se permet de faciliter la collecte massive de données personnelles des utilisateurs.

Mots-clés facebookue