Facebook : Les chercheurs de l’organisation CZI se joignent aux critiques contre Zuckerberg

Le samedi 6 juin dernier, The Verge nous rapporte qu’un autre groupe de protestataires a adressé une lettre au PDG de Facebook, Mark Zuckerberg, pour critiquer la manière dont Facebook a laissé couler les publications de Donald Trump qui avaient suscité de nombreuses controverses.

Alors que Twitter a masqué le message qu’il accusait de glorifier la violence, Mark Zuckerberg a affirmé le vendredi 29 mai dernier que Facebook ne prendrait aucune mesure contre ce message, bien que le dirigeant de Facebook ait reconnu que les propos du président américain ont indigné de nombreuses personnes.

Crédits Pixabay

Notre position est que nous devrions permettre autant d’expression que possible à moins que cela ne cause un risque imminent de dommages ou de dangers spécifiques énoncés dans des politiques claires.

Mark Zuckerberg revoit sa position

Seulement, ça c’était avant. Le PDG de Facebook a effectivement revu sa position il y a quelques jours après les protestations de plusieurs employés entraînant même la démission de quelques-uns. De plus, d’anciens employés de Facebook, ceux qui étaient là aux débuts du réseau social, ont adressé une lettre ouverte à Mark Zuckerberg exprimant leur désaccord face au revirement des politiques de Facebook.

Plus récemment, les chercheurs du Chan Zuckerberg Initiative (CZI), une organisation philanthropique américaine créée en 2015 par Mark Zuckerberg et sa femme, Priscilla Chan, dans le but de faire « avancer le potentiel humain et promouvoir l’égalité dans des domaines comme la santé, l’éducation, la recherche scientifique et l’énergie » ont également adressé une lettre ouverte à Zuckerberg.

À lire aussi : Les premiers employés de Facebook rappellent Mark Zuckerberg à l’ordre

Les membres du CZI pensent que Facebook a violé ses propres politiques

Dans cette lettre, plus de 140 scientifiques composés, entre autres, de professeurs à Harvard, Stanford et un lauréat de prix Nobel, ont demandé à Mark Zuckerberg de mieux appliquer les politiques de la plateforme de médias sociaux contre le langage incendiaire.

Selon eux, le fait que Facebook permette au président Trump d’utiliser Facebook « pour diffuser à la fois de la désinformation et des déclarations incendiaires » violait non seulement les politiques de Facebook, mais était également « directement antithétique » à l’objectif de CZI de construire « un avenir plus inclusif, juste et sain pour toutes les personnes », rapporte The Verge. Ils affirment que :

Nous étions déconcertés de voir que Facebook n’a pas suivi sa propre politique à l’égard du président Trump. Par exemple, sa déclaration « quand le pillage commencera, les tirs aussi » est une déclaration claire d’incitation à la violence ».

A noter qu’un porte-parole de CZI a déclaré dans un communiqué de The Verge que le CZI est distinct de Facebook, avec une mission distincte et des bureaux séparés.

À lire aussi : Manifestations à Minneapolis, Facebook ne supprimera pas les posts de Donald Trump