Facebook Live : deux adolescentes suspectées de meurtre

Facebook Live a encore été le théâtre d’un drame. Deux adolescentes se sont en effet filmées en train de rudoyer violemment une camarade et le corps de cette dernière a été retrouvé quelques heures plus tard, sans vie. Les forces de l’ordre ont placé les deux jeunes femmes en détention. Elles les soupçonnent en effet d’avoir provoqué la mort de leur victime.

Le drame s’est produit au Canada le mois dernier, dans le sud du pays.

Meurtre Facebook Live

Un nouveau drame a été diffusé sur Facebook Live.

Serena McKay, une jeune femme de 19 ans, est sortie de chez elle le dimanche 23 avril dernier pour aller faire un tour.

Facebook Live a été le théâtre d’un nouveau drame

Elle était en parfaite santé et elle semblait aller bien. Elle n’est jamais rentrée chez elle.

Inquiète, sa famille a tenté de la joindre à plusieurs reprises, sans succès. Faute de mieux, elle a donc téléphoné à la police pour signaler la disparition de la jeune femme. Les autorités ont immédiatement dépêché plusieurs agents dans les environs et certains d’entre eux ont écumé le quartier dans l’espoir de retrouver la trace de la disparue.

Le corps de Serena a été découvert quelques heures plus tard. Il présentait de nombreuses traces de coups.

La police a ouvert une enquête dans la foulée et les enquêteurs en charge du dossier ont fini par découvrir une étrange vidéo sur Facebook. Tournée en direct, elle mettait en scène la victime face à deux adolescentes âgées de 16 et de 17 ans, des adolescentes dont les identités n’ont pas été communiquées.

La séquence durait plusieurs minutes et elle montrait les deux adolescentes en train de frapper violemment la jeune femme. En larme, cette dernière les suppliait d’arrêter et elle leur demandait de la pardonner. La vidéo a ensuite été coupée, mais elle est restée en ligne pendant près de quatre heures avant d’être retirée par les modérateurs de la plateforme.

Les deux adolescentes ont été rapidement identifiées

Les enquêteurs ont rapidement identifié les deux adolescentes présentes dans la vidéo. La tâche n’a d’ailleurs pas été difficile puisque ces dernières avaient partagé la séquence sur leurs profils personnels, mais aussi sur plusieurs autres plateformes sociales.

Plusieurs agents ont été envoyés à leur domicile pour les conduire au poste. Elles ont été entendues par les enquêteurs, mais la police a refusé de donner des détails supplémentaires. L’enquête est en effet toujours en cours et les autorités préfèrent se montrer prudentes, d’autant qu’un agent a commis un premier impair en arrêtant un adolescent par erreur et en le menottant devant la population à un arrêt de bus local.

Ce n’est pas la première fois que Facebook Live se retrouve au centre d’un tel drame. Mark Zuckerberg a d’ailleurs pleinement conscience du problème et il a récemment annoncé le recrutement de trois mille modérateurs supplémentaires afin d’éviter la diffusion de vidéos violentes ou choquantes.