Facebook Live : un homme a streamé son suicide sur la plateforme

Un homme s’est suicidé en direct sur Facebook. Il est identifié au nom d’Amit Chauchan. Il était âgé de 26 ans, marié et avait deux enfants. Selon la police de Gurugram, le défunt était loin de mener une existence facile. Il était non seulement au chômage, mais était également mentalement instable, ce qui expliquerait en grande partie la raison qui l’a poussé à passer à l’acte.

Amit Chauchan s’est suicidé dans sa maison, qui se trouve dans le village de Jatoli, le 30 juillet 2018. Avant de sauter le pas, il s’est assuré que son suicide soit connu et vu par le grand nombre. C’est pourquoi il a filmé deux vidéos et les a postées sur Facebook avant de passer de vie à trépas.

Suicide Ado

Dans la première vidéo, Amit annonce son intention de se suicider tandis que dans la seconde, on le voit passer à l’acte en direct.

Les vidéos devenues rapidement virales

Amit Chauchan s’était disputé avec sa femme quelque temps avant son suicide. Son épouse, Preeti, a alors décidé de partir de la maison en emmenant leurs deux enfants avec elle. Personne n’a ainsi été à la maison quand Amit a eu sa folle idée.

Le lundi 30 juillet 2018, vers 19 heures, il a posté deux vidéos en l’espace de quinze minutes sur Facebook.

Dans la première, il dit à ses amis qu’il allait bientôt se suicider et leur demande de partager au maximum la vidéo. La vidéo s’interrompt brusquement. Dans la seconde, par contre, on pouvait voir l’homme qui s’enroulait une corde autour du cou pour se pendre au ventilateur du plafond. Ces deux vidéos ont rapidement accumulé des milliers de vues.

Les parents ont incinéré leur fils avant que la police n’arrive

Les parents d’Amit ont été informés de la tragédie dans la nuit et ont accouru au domicile de leur fils. Très tôt dans la matinée du 31 juillet 2018, ils ont procédé à l’incinération du corps sans prendre la peine d’en informer la police. Cette dernière n’a été avertie de la nouvelle que par un appel anonyme reçu vers dix heures et lorsqu’elle est arrivée sur les lieux, les parents finissaient le rituel.

Le porte-parole de la police de Gurugram, Subhash Boken, a déclaré que la famille d’Amit a admis que l’homme était mentalement instable et qu’il était sous traitement dans une institution spécialisée, le Post Graduate Institute of Medical Sciences (PGIMS), située à Rohtak.

La famille a également déclaré à la police qu’elle ne voulait intenter aucune action dans cette affaire.