Facebook Live : un nouveau cas de suicide aux Philippines

Facebook Live a fait face à de nombreux drames depuis le lancement du service et le dernier en date s’est déroulé aux Philippines. Une femme âgée d’une vingtaine d’années a en effet retransmis son suicide en direct.

Ce n’est malheureusement pas la première fois qu’un suicide est retransmis par le biais de la solution. Plus tôt dans le mois, deux amis ont ainsi choisi de filmer leur crash-suicide en direct grâce à l’outil de Facebook. Plus tôt dans l’année, c’est un homme originaire de l’Alabama qui s’est filmé en train de se tirer une balle dans la tête.

Suicide Facebook Live

Cette fois, le drame s’est déroulé le 3 juillet dernier aux Philippines, dans la ville de Cebu et donc dans la capitale de la région de Visayas Centrales.

Kian a choisi de diffuser son suicide sur Facebook Live

Kian Shannon Sophie Canares se trouvait chez ses parents au moment des faits en compagnie de sa petite fille de deux ans. Elle l’élevait seule depuis sa séparation – douloureuse – avec son ancien petit-ami et elle vivait avec son père et sa mère.

Autour de 21 heures, Kian s’est rendu dans le salon familial et elle a lancé Facebook Live sur son téléphone avant de poser l’appareil sur un banc placé contre le mur. Elle s’est ensuite pendue en direct.

Deux cousins ont vu la vidéo et ils se sont immédiatement précipités au domicile familial afin de porter secours à la jeune femme. Le père et la mère se trouvaient dans leur chambre au moment des faits et ils ont accouru en entendant les hurlements de sa petite fille. Cette dernière a en effet été la première à découvrir le corps sans vie de sa mère.

Le père a tenté de réanimer Kian à plusieurs reprises, sans succès.

La famille n’a pas prévenu tout de suite les forces de l’ordre. La police a en effet appris le drame par le biais d’une alerte retransmise sur une station de radio locale. Un internaute avait fait remonter l’information après avoir assisté impuissant au suicide de la femme.

Joel Doria, le directeur du CCPO (le bureau de police de la ville) a ouvert une enquête dans la foulée afin de déterminer les circonstances du drame. D’après les enquêteurs, il s’agirait bien d’un suicide et personne n’aurait poussé Kian à commettre l’irréparable.

L’enquête est toujours en cours

En réalité, elle souffrait d’une dépression depuis plusieurs mois et elle avait tenté à deux reprises de mettre fin à ses jours. Sa famille a néanmoins pu l’arrêter à temps à chaque fois.

D’après les témoignages du père, Kian allait nettement mieux cependant et elle avait même retrouvé le sourire. Il ne comprend donc pas ce qui l’a poussé à mettre fin à sa vie et à laisser derrière elle sa petite fille. Elle avait en effet repris le contrôle de sa vie et elle suivait même des cours en psychologie à l’Université de San Carlos.

Toutefois, d’après lui, sa fille lui aurait confié qu’elle avait aperçu un homme avec des cornes quelques jours avant son suicide.

Plusieurs experts ont été consultés, dont un psychologue du nom de Maryjun Delgado. D’après lui, Kian a certainement été confrontée à une expérience horrible ou traumatique. Les enquêteurs ont bien évidemment l’intention de faire toute la lumière sur les circonstances de ce drame.

Il faut tout de même signaler que Mark Zuckerberg prend ce problème très au sérieux et il a ainsi déclaré au début de l’année qu’il avait la ferme intention de tout mettre en oeuvre pour éviter au maximum la diffusion de suicides sur Facebook Live. Il semblerait cependant que les mesures prises ne soient pas suffisantes.