Facebook Live : un patient souffrant d’un cancer en phase terminal s’est suicidé en direct

Les réseaux sociaux, en plus d’être des plateformes où l’on partage tout le quotidien, sont aussi devenus des vitrines pour des scènes de crime. Depuis le déploiement de Facebook Live, plusieurs personnes ont ainsi diffusé leur suicide sous les yeux des autres utilisateurs.

Un autre cas de suicide vient d’être recensé en Inde. Un homme malade d’un cancer de 43 ans a filmé et a diffusé en direct la scène.

Meurtre Facebook Live

Certains de ses amis ont été témoins de l’acte macabre. Ils étaient impuissants devant les images. Ils ont imploré leur ami de ne pas commettre l’irréparable, mais leurs efforts étaient vains. Ils ont même essayé de l’appeler, mais l’homme n’a pas reçu leurs appels et il est passé à l’acte.

L’identité du suicidaire est Arindam Dutta. Hindustan Times, un média local a raconté son histoire.

Les motivations d’Arindam Dutta

Arindam Dutta souffrait d’un cancer du sang. Il était arrivé à la phase finale de la maladie. À ce stade, il n’y avait plus aucun remède pour lui. Il ne répondait plus aux traitements.

Déçu de ces résultats et de son état de santé, il a affirmé à plusieurs reprises qu’il n’a plus envie de vivre.

Ses amis l’ont pourtant toujours soutenu. Ils lui ont assuré qu’ils lui apporteraient leur aide pour qu’il puisse encore suivre des soins. L’habitant de Siliguri, Darjeeling, a quand même voulu que le monde entier soit témoin de ses dernières heures sur terre.

Un dernier appel avant l’acte

Avant d’en finir avec sa vie, Arindam Dutta a appelé son ami d’enfance Mohammed Alam. Ce dernier n’a pas pu recevoir son appel. Cela dit, c’est Alam qui a raconté l’histoire de son ami au Hindustan Times.

Le quadragénaire a alors appelé sa femme et lui a confié son envie de mourir. On ne sait pas dans ce cas si c’était un appel à l’aide ou bien une manière de lui dire au revoir.

Le moral de Dutta était au plus bas depuis qu’il a appris qu’il a le cancer du sang. Sa dépression aurait été un élément déclencheur de son suicide. Il y a avait cinq de ses amis en ligne au moment où il a voulu en finir et ils ont tous essayé de le persuader de ne pas franchir le pas.

Depuis son lancement, ce genre de publication fait de la mauvaise publicité à Facebook Live et jusqu’à maintenant, le réseau social n’a pas trouvé de solution pour éviter la diffusion de vidéos choquantes sur sa plateforme.