Facebook Live : un viol diffusé en direct à Chicago

Facebook Live a été utilisé un peu plus tôt dans la semaine pour filmer un viol en direct. D’après les autorités, une quarantaine de personnes ont assisté à la diffusion de l’agression avant que le flux ne soit coupé par la plateforme. Personne n’a pensé à prévenir les autorités.

La scène s’est déroulée à Chicago au début de la semaine. D’après les premiers éléments de l’enquête, cinq ou six hommes auraient violé en direct une adolescente de quinze ans disparue depuis dimanche.

Viol Facebook Live

Un viol a encore été diffusé sur Facebook Live.

L’identité de la victime n’a bien évidemment pas été révélée, pour des raisons évidentes.

Un viol a été diffusé sur Facebook Live

Tout a commencé dimanche, en début d’après-midi. L’adolescente est sortie aux alentours de 15 heures et elle n’est pas rentrée ensuite. Inquiète, sa mère a tenté de la joindre au téléphone à plusieurs reprises, sans succès. Elle s’est donc rendue au commissariat le plus proche de chez elle pour signaler sa disparition.

La police de Chicago a immédiatement ouvert une enquête.

En rentrant chez elle, la mère a commencé à écumer les réseaux sociaux pour tenter de localiser sa fille. Elle est alors tombée sur la vidéo diffusée par les agresseurs et elle a immédiatement reconnu sa fille. Cette dernière était totalement terrifiée et elle faisait face à cinq ou six hommes extrêmement menaçants.

La mère a pris son téléphone pour prévenir la police. Les enquêteurs se sont connectés à leur tour. Environ 40 personnes étaient en train de visionner la vidéo à ce moment-là. Aucune n’a pensé à prévenir les autorités.

En étudiant la séquence, la police a fini par localiser l’adolescente et elle a envoyé plusieurs agents sur place. Ils ont trouvé la jeune fille, mais les agresseurs avaient disparu avant leur arrivée. La victime a été transportée au Comer Children’s Hospital afin de passer une batterie d’examens.

L’enquête n’est pas terminée. La police n’a en effet pas encore réussi à identifier les hommes présents sur la vidéo, mais les inspecteurs sont bien décidés à les traduire devant la justice pour qu’ils répondent de leurs crimes.

Des contenus difficiles à modérer

Eddie Johnson, l’agent qui a enregistré la déclaration de la disparition de l’adolescente, ne comprend pas comment autant de personnes ont pu rester impassibles face à l’agression. Il est en effet choqué de l’attitude de ces trente-six spectateurs.

Ce n’est évidemment pas la première fois que Facebook Live est utilisé pour diffuser des agressions. En janvier, deux hommes originaires de Suède ont en effet diffusé un viol sur la plateforme dans un groupe fermé fréquenté par un peu plus de 60 000 personnes. Certains avaient même commenté la vidéo sans pour autant penser à prévenir les autorités. L’affaire avait bien évidemment provoqué un véritable scandale à l’époque et de nombreuses personnes avaient reproché à Facebook de ne pas appliquer une modération suffisamment stricte.

Plus ou moins à la même période, un groupe de plusieurs personnes s’en étaient violemment prises à un handicapé mental de 18 ans. La scène s’était déroulée à Chicago et elle avait été une fois de plus diffusée en direct sur la plateforme. Une fois encore, la vidéo était restée en ligne pendant plusieurs heures avant d’être supprimée.

Facebook a bien évidemment conscience de l’ampleur du problème et la firme travaille ainsi sur une intelligence artificielle capable d’épauler les modérateurs de la plateforme. Il faudra cependant attendre de longs mois avant qu’elle ne soit mise en fonction.