Facebook Messenger accusé de promouvoir la prostitution

Facebook Messenger se trouve depuis le début de la semaine au cœur d’une nouvelle polémique, une polémique au doux parfum de scandale. La solution est en effet accusée de promouvoir la prostitution par le biais de son système de suggestions. Malaise.

Facebook a beaucoup fait évoluer son Messenger depuis la toute première version de l’outil. L’application est devenue plus intelligente et elle s’est aussi enrichie d’un certain nombre de fonctions particulièrement utiles.

Prostitution Facebook

Ces dernières ne se limitent d’ailleurs pas aux filtres ou aux autocollants. Désormais, grâce à l’outil, les utilisateurs peuvent lancer des appels en quelques instants ou même partager leur localisation avec leurs amis.

Facebook Messenger a un problème avec ses suggestions

Facebook a également mis en place l’année dernière un assistant intelligent capable d’exécuter certaines instructions : M. Grâce à lui, il est possible dans certains pays de commander un chauffeur ou même de procéder à des paiements sans avoir besoin de quitter la solution. C’est évidemment très pratique et l’outil devrait continuer à s’enrichir de nouvelles fonctions dans les semaines, les mois et les années à venir.

Toutefois, le géant américain n’a pas non plus oublié ses premiers amours et Facebook Messenger profite ainsi également de la richesse de son réseau social et de toutes les données associées à ce dernier.

L’outil est ainsi capable d’accéder à la base de données de Facebook afin de pouvoir afficher à l’utilisateur des suggestions de profils ou de pages lorsqu’il lance la recherche d’un numéro. Grâce à cette fonction, il n’a plus besoin d’ouvrir un annuaire pour trouver le numéro de téléphone d’un plombier ou même d’un restaurant.

Elle est très pratique, donc, mais elle semble aussi poser problème dans certains cas.

Facebook aurait commencé à déployer des filtres

En effectuant une recherche, plusieurs utilisateurs ont ainsi eu la surprise de voir apparaître dans les suggestions de l’application des agences proposant des services d’escort girls. Pas terrible, mais ce n’est pas le pire. En cherchant le numéro de téléphone de plusieurs organisations caritatives, des utilisateurs de la solution ont vu apparaître dans les suggestions des pages diffusant des contenus érotiques ou même des pages promouvant le suicide.

Campaign a rapidement entendu parler du problème et deux journalistes du site ont donc mené des recherches approfondies, des recherches visant à éprouver le système de suggestions de la solution. En tapant des mots-clés parfaitement anodins, ils ont vu apparaître de nombreux contenus de ce type.

Ils ont immédiatement contacté Facebook pour avoir un retour de la part de l’entreprise, mais cette dernière n’a pas accepté de répondre à leurs questions. En revanche, certains résultats ont été modifiés dans la foulée et nos confrères pensent donc que la firme a commencé à mettre en place des filtres afin d’éviter ce genre de mauvaises surprises.

J’ai évidemment fait le test chez moi. Le problème semble moins marqué et il est donc possible qu’il soit localisé et qu’il se limite à la version anglaise ou américaine de l’application.