Facebook met 1 million de livres sterling sur la table pour sauver l’ancien centre de décryptage de Bletchley Park

Avant d’être le musée qu’il est aujourd’hui, le Centre Bletchley Park situé en Angleterre, était à la base le centre de décryptage qui a permis de décoder les messages cryptés des nazis durant la Seconde Guerre mondiale.

Comme tous les monuments historiques, Bletchley Park n’a pas échappé aux impacts de cette terrible pandémie de Sars-CoV-2, frappé par la raréfaction des visiteurs. Ainsi, en août dernier, le Bletchley Park Trust, l’organisme à but non lucratif qui s’occupe de ce musée a déclaré que l’ancien centre de décryptage faisait face à de graves difficultés financières.

Une machine de décryptage installée à Bletchley Park

Crédits Pixabay

Un appel à l’aide qui est apparemment parvenu aux oreilles de Mark Zuckerberg. En effet, afin de prêter main-forte au musée de Bletchley Park, le PDG de Facebook et sa boîte ont décidé de mettre la main à la poche et de lui faire un don d’un million de livres sterling, soit l’équivalent de 1,3 million de dollars.

Bletchley Park a eu un rôle majeur dans l’ère numérique contemporaine

De nombreux historiens soulignent que sans l’aide du Bletchley Park, la Seconde Guerre mondiale aurait pu durer entre 2 et 4 années de plus.

En effet, sans la contribution des chercheurs et des spécialistes qui y travaillaient, le système de cryptage Enigma utilisé par les nazis n’aurait pas pu être craqué aussi rapidement. Et la stratégie des nazis n’aurait jamais pu être révélée.

En outre, Bletchley Park est à la source de la plupart des avancées technologiques actuelles. Effectivement, si Alan Turing, mathématicien et cryptologue britannique, n’y avait pas créé Colossus, le premier ordinateur numérique programmable au monde, l’informatique (telle que nous la connaissons actuellement) ainsi que l’Intelligence artificielle n’auraient probablement jamais vu le jour.

Pour sauver les emplois et empêcher que le site ne ferme

Malheureusement, cette pandémie de Sars-CoV-2 menace la pérennité de cette institution historique. En effet, la forte baisse du nombre de visiteurs due aux restrictions sanitaires a pas mal impacté les finances du musée. D’ailleurs, l’institution a déjà été obligée de licencier 35 employés, ce qui représente un tiers de ses effectifs.

Selon le vice-président de Facebook pour l’Europe du Nord, Steve Hatch, les travaux d’Alan Turing et de l’équipe de Bletchley Park constituent les bases de l’informatique moderne. De ce fait, afin de sauver les emplois et d’empêcher la fermeture du site, il était important pour la firme de lui faire ce don s’élevant à 1 million de livres sterling.

Après le geste, Iain Standen, le PDG de Bletchley Park, n’a pas manqué de partager sa joie et sa reconnaissance. Selon ce dernier, cette manne permettra de préserver le musée et les générations à venir pourront toujours profiter de cette institution sans qui l’histoire aurait pu être totalement différente.

Mots-clés facebook