Facebook part en GUERRE contre le clickbait, vous ne devinerez JAMAIS comment !

Le clickbait, ou moins sobrement putaclic, est une technique qui consiste à écrire des titres aguicheurs afin d’attirer des visites sur des pages dont le contenu n’est pas spécialement intéressant. À l’heure où les revenus des sites sont souvent proportionnels à leurs nombres de visites, le clickbait est malheureusement devenu une pratique courante.

Certains sites en ont même fait leur fonds de commerce, en oubliant Google et compagnie et en misant plutôt sur les réseaux sociaux. Et apparemment, Facebook n’est pas trop pour. Le réseau social a ainsi décidé de partir en guerre contre cette pratique, et ça devrait faire des dégâts.

Facebook

Facebook ferme la porte aux sites de clickbait !

Bientôt, on devrait donc voir moins de clickbaits dans nos fils d’actualités. Normalement.

Le clickbait, monnaie courante du web d’aujourd’hui

Il y a encore quelques années, avant l’avènement des réseaux sociaux, pour attirer des visiteurs, il fallait principalement compter avec Google et les autres moteurs de recherche. L’idée était alors de comprendre comment ces moteurs fonctionnaient pour mieux remonter dans leurs résultats.

Cela passait donc souvent par des titres optimisés, qui devaient donc décrire le contenu le plus précisément possible avec le moins de mots possible, mais aussi par un contenu de meilleure qualité le plus souvent (grâce aux avancées réalisées par les algorithmes des moteurs de recherche qui comprennent de mieux en mieux ce qu’on écrit).

Les réseaux sociaux ont totalement bouleversé la donne. Avec eux, chaque utilisateur a accès à tout ce qu’il suit, quelle que soit la qualité des liens qui sont diffusés. Et cela a donné des idées à certains.

Ce n’est pas parce qu’un utilisateur suit un site sur un réseau social que ce même utilisateur cliquera sur tout ce qui est diffusé. Autrement dit, il ne faut plus plaire aux moteurs de recherche : il faut attirer l’œil des utilisateurs.

Certains sites se sont donc spécialisés dans le clickbait. Des tops en tout genre, avec le sixième item qui est toujours là pour nous surprendre, des listes, des vidéos ou histoires qui ne sont là que pour attirer les pervers curieux de voir quelqu’un mourir (oui ça existe, pour ceux qui doutent).

Bref, du contenu souvent sans intérêt et parfois dangereux qui, au contraire de ce qu’on trouvait à l’ère des moteurs de recherche, n’est plus là pour rester, mais simplement là pour faire le buzz pendant quelques jours, le temps de faire monter l’audience.

Facebook n’aime pas le clickbait

La haine de Facebook envers le clickbait n’a rien de nouveau. Cependant, le réseau social a décidé d’agir et ne se contente plus de menaces en l’air. C’est Facebook qui décide ce que ses utilisateurs voient, et ses développeurs comptent bien le prouver.

Le fil d’actualités est ainsi régi par un algorithme et, par défaut, ce ne sont pas toujours les éléments les plus récents qui remontent. Si les modifications apportées par Facebook fonctionnent bien, nous devrions ainsi voir beaucoup moins de clickbait remonter dans nos fils.

Concrètement, Facebook a analysé des milliers de liens pour les classer en deux catégories : clickbait et non clickbait. Ensuite, le réseau a développé un algorithme permettant, à partir de ces analyses, de déterminer si un lien est du clickbait ou non.

Mais ça ne s’arrête pas là : Facebook n’a pas décidé de punir tous les clickbaits. En effet, le réseau social a plutôt voulu punir les récidivistes. Ainsi, Facebook a analysé des millions des Pages pour déterminer quelles sont celles qui partagent le plus de clickbaits.

A priori, ce sont donc les liens issus de ces Pages qui seront punis et qui ne remonteront donc plus trop dans les fils d’actualités.

Je dois avouer qu’à titre personnel je n’ai jamais été pour les fils d’actualités régis par des algorithmes comme celui de Facebook, préférant les actualités les plus récentes. Cependant, si ça peut faire disparaître quelques sites de clickbait, c’est toujours bon à prendre !

Photo : antony_mayfield

Mots-clés facebook